La filiale de Google devrait arborer prochainement une version française de sa plate-forme de partage de vidéos. Un nouveau système de filtrage est également en chantier...

La filiale de Google devrait arborer prochainement une version française de sa plate-forme de partage de vidéos. Un nouveau système de filtrage est également en chantier.
 
YouTube se décline en français ! Selon Les Echos, la plate-forme de partage de vidéos devrait inaugurer son antenne française d'ici quelques jours. Plusieurs éditeurs de contenus tels que des chaînes de TV comme France 4 ou TF1 auraient été approchés par la filiale de Google pour diffuser - légalement! - certains de leurs programmes.
 
DailyMotion en ligne de mire
 
Principale cible du site: le français DailyMotion. En effet, selon Médiamétrie, la plate-forme communautaire française a enregistré 4,9 millions de visites uniques en avril, soit légèrement moins que YouTube (5,1 millions). Une mouture française pourrait dès lors permettre au site américain de toucher un public hexagonal plus vaste.
 
D'autres versions sont également prévues prochainement, notamment en allemand. YouTube n'est pas le premier site communautaire américain à se décliner en plusieurs langues. MySpace, déjà, avait lancé en janvier une mouture française de son réseau social.
 
Un système de filtrage pour rentrer dans la légalité
 
Pour réussir en Europe, YouTube devra rassurer des ayants droits rendus frileux après les nombreux déboires rencontrés par la filiale de Google. Récemment, ce sont la Ligue de football professionnel et la Fédération française de tennis qui avaient rejoint la class action lancée début mai par la Premier League, l'institution en charge du football professionnel anglais, pour violation de droits d'auteurs.
 
Mais la plate-forme pourrait bien avoir les armes adéquates pour être réhabilitée: elle testera en effet à partir du mois de juillet une nouvelle solution de filtrage des vidéos pirates présentes sur ses serveurs. Celle-ci, développé à l'origine pour Time Warner et Walt Disney, devrait être accessible à tous les propriétaires de contenus, qui pourront retirer les fichiers non autorisés dès qu'ils en auront eu connaissance. A l'instar d'Audible Magic, la technologie adoptée par MySpace et SoapBox, le système de filtrage consistera en une analyse des empreintes numériques des fichiers.
 

(Atelier groupe BNP Paribas – 13/06/2007)