peut être fusionner. On se souvient qu'en mars dernier Michael Dornemann, membre du directoire de Bertelsmann avait annoncé "il ne peut y avoir qu'un bouquet numérique payant en Allemagne". Les négo...

peut être fusionner. On se souvient qu'en mars dernier Michael Dornemann, membre du directoire de Bertelsmann avait annoncé "il ne peut y avoir qu'un bouquet numérique payant en Allemagne". Les négociations entre Kirch et Bertelsmann pourraient être aujourd'hui sur le point d'aboutir. Même si Michael Dornemann refuse de fixer une date, une chose est sûre, il négocie "intensivement" actuellement avec Kirch et ses alliés. Faute d'un accès au câble, DF1 avec 40 000 abonnés seulement (700 000 prévus initialement fin 1997) n'arrive pas à décoller. Première en revanche, lancée en 1991 sur le modèle de Canal + en France s'avère être un succès commercial et compte près de 1,5 million d'abonnés. Cependant, comme on l'indique chez Bertelsmann, si "Première a les abonnés, Kirch a les programmes". Ayant confirmé à plusieurs reprises son intention de se désengager, Canal + pourrait se séparer de sa participation de 37,5 % dans Première afin de permettre à Bertelsmann (37,5 %) et Kirch (25 %) de se retrouver à égalité dans le capital de celle-ci. Canal + pourrait ainsi échanger cette participation contre celle de 45 % détenue par Kirch dans la chaîne à péage italienne Telepiù. Bertelsmann parallèment pourrait entrer dans le capital de la chaîne de sport de Kirch, DSF. Deutsche Telekom pourrait aussi être inclus dans l'opération, en obtenant, selon le Spiegel, la gestion des abonnés. (La Tribune - Les Echos - Le Figaro - 17/06/1997)