télévisions sont structurellement déficitaires. Avec un déficit cumulé de 45 millions de F sur trois ans, la télévision savoyarde, 8 Mont Blanc, a cessé hier 31 juillet son activité. Après avoir sau...

télévisions sont structurellement déficitaires. Avec un déficit cumulé de 45 millions de F sur trois ans, la télévision savoyarde, 8 Mont Blanc, a cessé hier 31 juillet son activité. Après avoir sauvé la chaîne du naufrage en 1994 lors d'un premier dépôt de bilan, son patron, René Bianco, a préféré abandonner. La télévision de proximité sarladaise en Dordogne, Aqui TV, lutte de son côté pour sa survie. Moyennant un paiement de 500 000 F, Aqui TV a négocié un sursis jusqu'au 30 septembre avec l'opérateur TDF qui lui demandait de rembourser avant le 24 juillet au soir une dette de 1,7 million de F. Ses partenaires financiers (actionnaires, conseil général, TDF) se réuniront pour essayer d'éviter le dépôt de bilan. Pourtant, au printemps dernier, les télévisions de proximité avait attiré l'attention des parlementaires lors de l'examen du projet de loi sur l'audiovisuel. Ces deux télévisions ayant comme premier prestataire TDF, n'ont su trouver leur équilibre. N'ayant pas accès aux produits de la redevance publique, ni à la publicité de la grande distribution, ces tévisions locales meurent de leurs recettes insuffisantes. Les retombées de la publicité locale sont limitées. (Les Echos - 01/08/1997)