Quatre ans après le lancement du dernier salon mondial des télécommunications en 1999, les analyses restent mitigées sur le nouveau départ annoncé du secteur. Certes, les ventes mondiales de ...

Quatre ans après le lancement du dernier salon mondial des télécommunications en 1999, les analyses restent mitigées sur le nouveau départ annoncé du secteur. Certes, les ventes mondiales de terminaux mobiles devraient progresser cette année de près de 10 % pour atteindre 450 millions d’unités vendues, notamment grâce à l’impulsion du marché chinois. Mais d’autres chiffres restent moins encourageants :

Les dépenses mondiales en matière de réseaux pour téléphonie mobile devraient atteindre cette année un peu plus de 25 milliards d’euros, soit presque moitié moins qu’en 2000. Par ailleurs, le revenu moyen par abonné au téléphone mobile atteindrait 28 euros par mois en Europe, contre une moyenne de 35 euros par mois, également en 2000 ! De nouveaux services pour terminaux mobiles : photos numériques, données sur mobile… devraient toutefois contribuer à augmenter ces moyennes.

H-P et Microsoft, l’un et l’autre présents au salon de Genève (à la différence des équipementiers Alcatel et Nortel), sont convaincus de ces évolutions positives. D’ici trois ans, H-P entend doubler son chiffre d’affaires annuel issu de ses produits et services conçus pour les opérateurs télécoms. De son côté, Microsoft se donne cinq à dix ans pour que ses logiciels pénètrent massivement les systèmes des téléphones mobiles (voir « pris sur le vif » de cette semaine).

(Atelier groupe BNP Paribas – 13/10/2003)