Les réactions des différents acteurs à propos de la mise aux enchères sur Internet de 5 % des espaces publicitaires de France Télévision sont suivies avec attention par les pouvoirs publics (voir l...

Les réactions des différents acteurs à propos de la mise aux enchères sur Internet de 5 % des espaces publicitaires de France Télévision sont suivies avec attention par les pouvoirs publics (voir la lettre du 22/09). Bercy se dit soulagé d'avoir limité à 5 % la part d'espace publicitaire à vendre. En effet, l'effet sur les prix ne peut être prévu au-delà de 5 %. Des risques de dérapage existent donc, justifiant la création de la commission de surveillance. Selon Marc Tessier, le président de France Télévision, la France va s'orienter avec un tel système vers une vérité des prix publicitaires, sans pour autant remettre en cause les acquis de la loi Sapin (transparence, égalité d'accès et contrôle). Les agences publicitaires, pour leur part, craignent que les prix ne soient plus transparents. Les agences considèrent en effet que l'achat d'un écran publicitaire est un acte de gestion, décidé sur devis. Avec un tel système, elles vont devoir acheter un produit soumis à de nombreuses fluctuations et certainement très inflationniste. (Christine Weissrock - Atelier Paribas)