Mis à part le studio Dreamworks de Steven Spielberg, tous les grands noms du cinéma se sont désormais ralliés au format DVD, support numérique capable de stocker des longs métrages. Les deux derni...

Mis à part le studio Dreamworks de Steven Spielberg, tous les grands noms du cinéma se sont désormais ralliés au format DVD, support numérique capable de stocker des longs métrages. Les deux dernières majors a jouer les résistantes, Paramount et Fox viennent d’annoncer leur intention de commercialiser une trentaine de leurs films sur DVD dès l’automne prochain. Lancé en mars 1997, le DVD a pendant longtemps effrayé les studios qui redoutaient que la généralisation d’un format numérique ne facilite la vie des pirates fabriquant des copies illégales. Mais devant le succès du DVD et des mesures antipiratages adoptées, le cinéma est rassuré. Le parc de lecteurs de DVD aux Etats-Unis dépasse les 710 000 unités. 34 000 lecteurs se sont vendus en janvier et février, 63 000 en juin, 84 700 en juillet. Avant la fin de l’année, le million de lecteurs sera franchi estiment les experts. Toutefois, le démarrage aura été plus lent que prévu. Lors de la première année, il ne s’est vendu aux Etats-Unis que près de 400 000 lecteurs. Depuis que le DVD dispose d’un large catalogue de films, les ventes s’accélèrent. Aux Etats-Unis, plus de 1 500 titres sont disponibles. Quelque 200 titres devraient être proposés en France aux consommateurs d’ici à la fin de l’année. D’abord lancé aux Etats-Unis et au Japon, le DVD ne fera réellement son entrée en France qu’à la rentrée prochaine. (Les Echos 12/08/1998)