Ayant entamé une profonde restructuration qui lui a coûté 1,45 milliard de dollars de provision de charges (1,24 milliard d'euros) et 16 000 suppressions d'emploi, Kodak réussit à dégager en 1998 un...

Ayant entamé une profonde restructuration qui lui a coûté 1,45 milliard de dollars de provision de charges (1,24 milliard d'euros) et 16 000 suppressions d'emploi, Kodak réussit à dégager en 1998 un bénéfice net de 1,39 milliard de dollars (1,19 milliard d'euros), alors qu'il avait terminé l'exercice 1997 tout juste à l'équilibre. Hors éléments exceptionnels, le résultat net s'élève à 1,43 milliard de dollars, soit une progression de 24,5 %. Son PDG, George Fisher, précise "le profit net par action a augmenté de 26 %. Nous avons dépassé notre objectif de réduction de coûts en économisant 730 millions de dollars sur l'exercice. Et nous avons stoppé le recul de notre part de marché aux Etats-Unis". Touché par les crises russe et asiatique, le groupe a réalisé un chiffre d'affaires de 13,41 milliards de dollars (11,47 milliards d'euros) en recul de 5 %. Si aucune des quatre grandes divisions de Kodak (films grand public, professionnels, imagerie médicale et bureau-copieurs-numériques) n'affiche de croissance de ses ventes, elles améliorent en revanche leur rentabilité, particulièrement dans les secteurs grand public et professionnels. (Les Echos - Le Figaro - 15/01/1999)