Après la condamnation de Napster ( qui peut néanmoins continuer d'exercer ses activités jusqu'à la rentrée en attendant une nouvelle décision de justice) et l'arrivée de iMesh, de Gnutella, un petit...

Après la condamnation de Napster ( qui peut néanmoins continuer d'exercer ses activités jusqu'à la rentrée en attendant une nouvelle décision de justice) et l'arrivée de iMesh, de Gnutella, un petit nouveau vient de faire son entrée : MojoNation (http://www.mojonation.com). Grâce à un logiciel ad hoc, ce site permet aux utilisateurs d’échanger, en toute confidentialité, des fichiers musicaux de disque dur à disque dur, sans passer par un serveur comme dans Napster. Les internautes, stockant par exemple en mp3 leur CD audio, proposant à tous ceux qui le souhaitent de venir les télécharger, reçoivent des “mojos”, une “monnaie” spécifique, leur permettant à leur tour “d’acheter” des fichiers musicaux proposés par d’autres. Par ailleurs, les créateurs de MojoNation ont mis sur pied un système de notation des meilleurs fournisseurs de contenus. Ils voudraient aussi mettre en œuvre un système de rétribution volontaire aux artistes, PayLars (en hommage à Lars Ulrich, batteur du groupe Metallica). Bref les choses sont loin d'être jouées dans ce secteur : l’été est chaud … chaud … chaud pour les maisons de disques traditionnelles. (Christine Weissrock Atelier BNP Paribas 09/08/2000)