Les investissements des annonceurs sur Internet n’ont représenté en 1997 que 0,4 % du marché publicitaire, soit 645 millions de F sur 158 milliards de F. Selon une étude de Havas Media Communicati...

Les investissements des annonceurs sur Internet n’ont représenté en 1997 que 0,4 % du marché publicitaire, soit 645 millions de F sur 158 milliards de F. Selon une étude de Havas Media Communication, les 60 000 entreprises (2,5 % du total) présentes sur Internet (2 fois plus qu’en 1996) ont dépensé pour la création de leur propre site 305 millions de F et 300 millions en off-line (CD-ROM, etc.). 13 000 seulement ont acheté de l’espace publicitaire sur Internet pour la faible somme de 40 millions de F. La plupart des sites sont encore très peu interactifs. En 1997, seules 17 % des annonceurs ont créé des bases de données de clientèle. Certains sites, en revanche, comme celui de la Smart enregistrent les données de l’internaute, aboutissant ensuite à une base de données exploitables par les concessionnaires de cette nouvelle auto. Ce type d’investissement pourrait, à terme, intégrer les dépenses publicitaires en marketing direct. La question qui se pose est de savoir comment séduire les 170 millions d’internautes prévus à l’horizon 2000 pour les soumettre à la “pression” publicitaire. Les annonceurs chercheront avant tout, avant d’investir 5 milliards de dollars sur le Web en l’an 2000, la garantie de l’audience. (La Tribune - 09/10/1998)