que pour le téléphone mobile, à savoir France Télécom, Bouygues et Générale des Eaux, la radiomessagerie continue sa progression sans faire de bruit, contrairement au téléphone portable. Il faut di...

que pour le téléphone mobile, à savoir France Télécom, Bouygues et Générale des Eaux, la radiomessagerie continue sa progression sans faire de bruit, contrairement au téléphone portable. Il faut dire que les enjeux financiers ne sont pas les mêmes, l'usage d'un Tatoo revient moins cher qu'un téléphone portable. Sa cible est également différente, Tatoo s'adressant principalement aux jeunes de 15 à 25 ans. Sans que personne n'y croit vraiment, le pager de France Télécom, lancé il y a deux ans, en prenant 70 % des parts du marché de la radiomessagerie mobile a laissé sur place ses deux concurrents, Tam Tam et Kobby. Selon le directeur commercial de France Télécom Mobiles Radiomessagerie, Richard Deleplanque, les 400 millions de F de chiffre d'affaires prévus pour 1997 sont générés grâce "au bientôt million de Tatoo vendus par l'opérateur depuis ses débuts". Depuis une semaine, nous assistons à une nouvelle campagne de publicité à la télévision et au cinéma orchestrée par l'agence BDDP qui n'a pas voulu abandonner le concept de la tribu, base de l'identité et du succès de Tatoo. Le budget annuel de la communication publicitaire de Tatoo de 35 millions de F doit lui permettre de conforter sa notoriété et de généraliser son usage. Il faut dire qu'en France, les 15-25 ans sont 8 millions, largement de quoi augmenter les ventes. (Le Figaro - 28/08/1997)