Tout en laissant à ses concessionnaires britanniques la liberté d'utiliser le web comme support de communication, Volkswagen leur refuse le droit de passer par un intermédiaire pour vendre des véh...

Tout en laissant à ses concessionnaires britanniques la liberté d'utiliser le web comme support de communication, Volkswagen leur refuse le droit de passer par un intermédiaire pour vendre des véhicules de ses marques. Condamné une première fois par la Commission européenne à 110 millions de dollars d'amende en janvier 1998 pour avoir interdit à son réseau de concessionnaires italiens de vendre à l'étranger, le constructeur risque une nouvelle déconvenue. Cette fois, il s'agit de protéger le groupe de la concurrence des courtiers américains s'implantant en Europe, notamment Autobytel qui vient de lancer son site britannique. Ce dernier annonce réaliser par heure un volume de vente de près d'un million de dollars. Chaque jour, il fournit ainsi à son réseau de revendeurs pour près de 24 millions de dollars de commandes. Cette réussite permet à Autobytel d'étendre son activité à l'international. Il a récemment ouvert des sites au Canada, en Grande-Bretagne et en Suède. Pour empêcher les courtiers automobiles comme Autobytel, CarPoint ou Autoweb, de s'emparer du marché Internet, Volkswagen, quitte à être reconnu hors la loi une nouvelle foi, entend leur mettre des bâtons dans les roues. (Le Quotidien du Multimédia - 10/06/1999)