Dans le cadre de la Fête de l'Internet, Christian Pierret, le secrétaire d'Etat à l'Industrie, a rendu public un sondage réalisé, du 14 octobre au 26 octobre 1999, par l'Institut CSA Opinion pour l...

Dans le cadre de la Fête de l'Internet, Christian Pierret, le secrétaire d'Etat à l'Industrie, a rendu public un sondage réalisé, du 14 octobre au 26 octobre 1999, par l'Institut CSA Opinion pour le ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie, auprès de 1 024 personnes âgées de 15 ans et plus. Moins d'un Français sur dix est connecté à Internet en 1999 depuis son domicile. Il s'agit essentiellement de cadres supérieurs, aux revenus élevés, d'étudiants, de lycéens et de diplômés. Toutefois, 19 % des Français ont l'intention de se connecter depuis leur domicile en 2000, contre 16 % en 1998. Il s'agit surtout de jeunes, de personnes ayant suivi des études supérieures longues et des catégorises sociales aisées. Néanmoins, 17 % des ouvriers et des employés, de même que les travailleurs à leur compte, en particulier les agriculteurs, manifestent la même intention. 68 % des Français interrogés ne souhaitent pas se connecter de chez eux, contre 52 % l'année précédente. Il s'agit surtout de retraités (87 %), de femmes de plus de 35 ans (80 %) ainsi que des trois quarts des salariés du secteur privé. 64 % de ces personnes ne voient pas l'utilité de l'Internet à domicile. Les femmes de moins de 35 ans, les personnes disposant de bas revenus et les employés évoquent aussi le fait de ne pas posséder de micro-ordinateur, l'achat étant trop onéreux. Par ailleurs, 15 % des personnes, en particulier les étudiants et les lycéens, les jeunes de moins de 25 ans, n'ayant pas l'intention de se connecter, mentionnent le coût d'utilisation trop élevé. 42 % des personnes interrogées déclarent s'intéresser aux nouvelles technologies de l'information et de la communication et à l'Internet. Les plus motivés sont les cadres supérieurs, les professions intermédiaires, les étudiants et les lycéens. Dans l'ensemble, les personnes s'estiment assez bien ou bien informées sur l'Internet. Là aussi, ce sont les étudiants et les lycéens qui se déclarent les mieux informés, suivis par les cadres supérieurs et ceux qui ont l'intention de se connecter. 41 % des hommes s'estiment bien informés, contre 28 % pour les femmes. 41 % des personnes interrogées veulent accéder à l'Internet à domicile pour rechercher avant tout des informations, 28 % pour communiquer, 14 % pour travailler chez soi, 12 % pour se distraire. Les plus jeunes et les hommes de moins de 35 ans préfèrent les distractions au travail. 7 % seulement y voient une utilité pour la gestion bancaire, 5 % pour les achats et les réservations en ligne. Plus de 4 Français sur dix souhaitent que l'Etat intervienne davantage pour protéger les consommateurs vis-à-vis des vendeurs indélicats et pour assurer la sécurité du paiement sur le réseau. Plus d'un tiers des Français souhaiteraient également que les pouvoirs publics accentuent leur action pour assurer le respect de l'anonymat des utilisateurs ainsi que le contrôle du contenu des informations circulant sur l'Internet. 27 % seulement des Français estiment que les pouvoirs publics n'interviennent pas assez dans le domaine de la diffusion d'informations d'intérêt général sur l'Internet. (Christine Weissrock - Atelier Paribas 23/03/2000)