Avec 450 % de croissance enregistrée en un an, une société a de quoi susciter la confiance des investisseurs. C'est ce que vient de démontrer la société helvétique Esmertec, éditeur de solutions J...

Avec 450 % de croissance enregistrée en un an, une société a de quoi susciter la confiance des investisseurs. C’est ce que vient de démontrer la société helvétique Esmertec, éditeur de solutions Java pour les téléphones mobiles et les terminaux multimédia grand public, qui vient de clore un troisième tour de financement. Les investisseurs d’antan (Partners Group, Earlybird Venture Capital et Sofinnova Partners) ont été rejoints par BV Group Private Equity Berne, groupe Quilvest, Rotschild Gestion, Invision AG et Crédit Lyonnais Private Equity dans cette levée de fond d’un montant de 23 millions d’euros.

Esmertec, qui avait déjà obtenu 10 millions d’euros l’an dernier, prévoit, grâce à ces investissements supplémentaires, d’accélérer la commercialisation d’une plate-forme Java adaptée aux téléphones mobiles et aux terminaux multimédia grand public. Esmertec a également présenté plusieurs axes de sa stratégie d’expansion : son environnement Java devrait être développé sur 25 modèles de téléphones mobiles au total (soit 28 millions d’unités dans le monde), et des accords de partenariat avec plusieurs acteurs (Sun Microsystems, Intel, Qualcomm, NTT DoCoMo, etc.) vont mener Esmertec à l’adaptation de ses solutions Java à diverses plate-formes. Enfin, l’implantation de la société en Asie (Singapour, Shanghai, Séoul et Taipei) et l’atteinte de son seuil de rentabilité en septembre dernier ont été des arguments clefs d’Esmertec, face aux investisseurs.

Les levées de fonds tendent à se raréfier, les entrepreneurs en savent quelque chose. Esmertec tient d’ailleurs le record de l’apport de capitaux propres levés par une société de logiciels en Europe depuis plus de quinze mois auprès des investisseurs à capital risque. Une question demeure : assistons-nous à un regain de confiance durable des investisseurs envers la haute technologie ?

(Atelier groupe BNP Paribas – 17/11/2003)