La société a achevé l’exercice fiscal clos le 31 mai par un chiffre d’affaires de 5,4 milliards de dollars (30 milliards de F), contre 5,6 milliards un an auparavant, et un bénéfice net de 246,1 mil...

La société a achevé l’exercice fiscal clos le 31 mai par un chiffre d’affaires de 5,4 milliards de dollars (30 milliards de F), contre 5,6 milliards un an auparavant, et un bénéfice net de 246,1 millions de dollars, contre 543,2 millions l’année précédente. Son président, Eric Benhamou explique cette contreperformance par “l’intégration de US Robotics, la réduction des stocks dans nos canaux de distribution, la mise en place d’une nouvelle organisation et la crise asiatique”. Aujourd’hui, revendiquant 25 % de parts sur un marché des PME-PMI représentant 8 milliards de dollars, croissant annuellement de 25 %, 3Com veut conforter sa place sur ce segment. La société s’intéresse également au marché des grandes entreprises (jusqu'à 500 utilisateurs et plus), plus important (15 milliards de dollars), en progression annuelle de 20 %, dont elle ne détient que 15 % de parts de marché. Responsable marketing pour les PME-PMI, John Fritz explique “notre première cible est l’entreprise qui possède 50 utilisateurs connectés sur un réseau. Ces entreprises achètent des équipements , mais n’investissent pas réellement”. 3Com passe par des revendeurs dont elle entretient les compétences par des séminaires techniques. Afin de maintenir ses marges, 3Com doit intégrer de plus en plus d’innovations, de sécurité et de vitesse dans ses produits alors que les prix de vente sont souvent maintenus constants. Un produit élaboré avec Siemens permettant une véritable convergence de la voix et des données au sein d’une entreprise sera commercialisé dès le 1er mars 1999. (La Tribune - 22/09/1998)