Le conglomérat de Hong Kong Hutchison a de quoi être déçu : sa filiale téléphonie mobile avait fait sensation en Europe au début de l'année 2003 en lançant les premiers services de troisième ...

Le conglomérat de Hong Kong Hutchison a de quoi être déçu : sa filiale téléphonie mobile avait fait sensation en Europe au début de l’année 2003 en lançant les premiers services de troisième génération UMTS. Cette norme permet d’établir des communications voix et image, de visionner des vidéos, d’envoyer des courriers électroniques, ou encore de naviguer sur le web.

Hutchison misait au départ sur les technophiles du monde entier, et s’était fixé un objectif de deux millions d’abonnés sur les dix pays dans lesquels le service était lancé, avant la fin de l’année 2003. Seulement, les utilisateurs de téléphones portables ne sont pas prêts à adopter l’UMTS pour l’instant, alors qu’ils sont à peine familiarisés avec le GPRS. Cet été, le groupe ne comptait que 500.000 abonnés à ce nouveau service.

En outre, un retard de plusieurs mois dans la livraison par les fabricants Nec et Motorola de 3 millions de combinés de troisième génération devrait augmenter le coût du lancement de l’UMTS au Royaume-Uni et en Italie, les deux premières cibles européennes de Hutchison.

Au final, le nombre moins important que prévu de consommateurs aura pour conséquence directe un taux de croissance des ventes nécessairement plus faible que prévu, et Hutchison pourrait voir ses besoins en financement s’accroître de 2 milliards d’euros. Quant à l’échéance de rentabilité, elle se trouve repoussée à 2006, contre 2005 selon les premières prévisions.

( Atelier groupe BNP Paribas – 04/12/2003)