Et si les téléphones portables facilitaient la circulation mondiale de fonds? La GSM Association (GSMA), qui représente 700 opérateurs de téléphonie mobile dans le monde, en partenariat avec...

Et si les téléphones portables facilitaient la circulation mondiale de fonds?
La GSM Association (GSMA), qui représente 700 opérateurs de téléphonie mobile dans le monde, en partenariat avec MasterCard, a annoncé à l'occasion du 3GSM World Congress de Barcelone le lancement d'un projet destiné à faciliter l'envoi d'argent via son mobile. But de la manœuvre: permettre aux migrants d'envoyer de l'argent, grâce aux réseaux de téléphonie mobile, à des proches qui ne possèdent pas forcément de compte en banque.
Le principe est simple. La GSMA, épaulée par MasterCard Worldwide, souhaite mettre en place une plate-forme mondiale qui reliera les marchés nationaux aux systèmes de paiement locaux gérés par les opérateurs de téléphonie mobile. Les particuliers devraient alors pouvoir transférer de l'argent grâce à leur mobile de leur compte à la banque la plus proche du mandataire. Et ce avec des frais de transaction réduits.
Selon Sunil Bharti Mittal, président et directeur général de Barthi Airtel et membre du conseil d'administration de la GSM Association, "nous pensons que la convergence des secteurs de la téléphonie mobile et du monde de la banque représente un pas de géant pour le commerce mobile. Cela va révolutionner le secteur des transferts monétaires grâce à des avantages comme l'accessibilité, la facilité d'utilisation et les moindres coûts de transaction. Cela permettra d'offrir un grand nombre d'effets bénéfiques aux populations des pays en voie de développement comme l'Inde".
Seul bémol, et il est d'importance : aucun détail n'a encore été donné sur les conditions de réception de ces sommes pour les personnes qui ne possèdent pas de compte. Et pour pouvoir bénéficier de ces nouvelles conditions d'envoi, il faut détenir un téléphone portable. Or, malgré les 2.6 milliards de détenteurs d'un mobile dans le monde, un pourcentage important de la population des pays en voie de développement n'en possède pas.
Ce projet, s'il aboutit, pourrait néanmoins se révéler bénéfique pour les pays émergents. La GSMA, qui annonce que le transfert d'argent totalise 230 milliards de dollars par an, souligne que les liquidités envoyées dans ces pays sont essentielles à leur développement. A ce sujet, Rob Conway, p-dg de la GSMA, précise que "le programme va dans le même sens que les gouvernements, car il rend le marché des paiements internationaux plus transparents, encourage l'inclusion financière, réduit les délits et accroît le flux de monnaies fortes dans leurs pays".
Les premiers essais seront effectués par 19 opérateurs comme le sud-africain MTN Group ou l'indien Idea Cellular. Présents dans 100 pays, ils revendiquent 600 millions de clients. Selon l'association, cette initiative pourrait permettre de doubler le nombre de bénéficiaires des transferts de fonds, soit plus de 1.5 milliard de personnes.
Reste à espérer que le projet ne soit pas un simple effet d'annonce...
Mathilde Cristiani, pour L'Atelier
(Atelier groupe BNP Paribas – 16/02/2007)