71 % des parents d'enfants âgés de 6 à 15 ans redoutent de laisser leur progéniture surfer sans surveillance sur Internet, selon une étude de Médiamétrie réalisée pour la délégation aux usages...

71 % des parents d'enfants âgés de 6 à 15 ans redoutent de laisser leur progéniture surfer sans surveillance sur Internet, selon une étude de Médiamétrie réalisée pour la délégation aux usages Internet (DUI). L'une des causes serait le faible engouement du public pour les logiciels dits de "contrôle parental".

Ces logiciels sont censés filtrer les pages Web en fonction de leur contenu, pour éviter d'exposer les enfants à la violence ou au sexe. Mais près d'un parent sur trois (31 %) ne connaît pas l'existence de ces logiciels d'après Médiamétrie.

Et parmi ceux qui en ont eu vent, seuls 25 % en ont installé un. Pourquoi ces solutions, destinées à bloquer l'accès aux sites à contenu sensible, ne remportent-elles pas plus de succès ?

Le prix de ces logiciels serait le principal obstacle pour 48 % des parents. Les FAI facturent ce service entre deux et six euros par mois. Viennent ensuite le défaut de compétences informatiques (34 %) puis le manque d'information sur la manière de se les procurer (29 %).

"Il apparaît clairement que l'obligation légale faite aux fournisseurs d'accès, en 2000, d'informer les parents sur les logiciels de contrôle parental ne suffit pas pour inciter les parents à prendre les mesures de protection adaptées", souligne la DUI dans un communiqué.

En réaction à ces chiffres, l'association e-enfance vient de faire savoir dans un communiqué qu'elle souhaitait que les FAI intègrent automatiquement dans leurs forfaits un "système efficace de filtrage des sites inappropriés pour les enfants".

(Atelier groupe BNP Paribas- 16/09/2005)