C'est un chiffre qui a de quoi surprendre! Les trois quarts des grandes entreprises françaises n'appliquent pas systématiquement les patchs mis à disposition par les éditeurs, selon une étude...

C'est un chiffre qui a de quoi surprendre! Les trois quarts des grandes entreprises françaises n'appliquent pas systématiquement les patchs mis à disposition par les éditeurs, selon une étude d'IDC sur le marché de la sécurité en France.
 
Pourquoi ne pas toujours installer ses correctifs logiciels ? Les 41 % des responsables informatiques qui n'appliquent pas ces patchs estiment qu'il est impossible de les installer sans perturber les activités métiers. Et même si mettre en place un correctif est toujours possible, celui-ci fait, au final, perdre du temps et facilite la prise de risques inutiles. Ces arguments ne manquent donc pas de pertinence...
 
Et d'autres raisons viennent étayer le choix des responsables informatiques. 55 % d'entre eux estiment que la menace décrite par le patch n'est pas toujours critique et ne nécessite donc pas l'ajout d'un patch supplémentaire. En outre, 63 % n'établissent pas de correctifs automatiques car ils doutent de l'efficacité même du patch et redoutent son impact sur les applications et le système.
 
Selon Guillaume Ravery, analyste chez IDC France, les sociétés reçoivent trop de correctifs et elles doivent donc forcément faire un choix sur les patchs à appliquer. Il exhorte également les éditeurs à sélectionner plus rigoureusement les correctifs pour retrouver ainsi la confiance des entreprises.
 
(Atelier groupe BNP Paribas – 30/11/2006)