Les réfractaires au téléphone portable sont de plus en plus marginaux. Plus de quatre Français sur cinq, soit 80,6 % de la population...

Les réfractaires au téléphone portable sont de plus en plus marginaux. Plus de quatre Français sur cinq, soit 80,6 % de la population, étaient clients de la téléphonie mobile à la fin mars, selon le bilan trimestriel publié par l'Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et postales).
Au total , la France a compté ce trimestre 48,59 millions d'abonnés à la téléphonie portable , améliorant son taux de pénétration de 6,1 points par rapport à l'année dernière. Les opérateurs mobiles ont ainsi recruté 536 100 nouveaux clients et réalisé une croissance trimestrielle nette de 1,1 %.
Pas de quoi pavoiser cependant : la France reste l'un des pays européens qui a la plus faible pénétration au mobile. Parmi nos voisins, les taux de pénétration plafonnent parfois au-delà des 100 % (en Italie notamment) grâce à la multiplication des cartes SIM pour un même client.
Ce retard national s'explique par certaines disparités régionales. Toutes les régions françaises n'ont pas adhéré au portable avec le même enthousiasme. L'Ile de France (112,9 % de pénétration), la Corse (102,8 %) et la Provence-Alpes Côte d'Azur (100,6 %) sont conquis, mais d'autres régions comme l'Auvergne et la Franche Comté (59 %) sont à la traîne.
Dans ce marché plus restreint les dix opérateurs mobiles virtuels (MVNO), qui louent les réseaux de deux des opérateurs traditionnels (Orange, SFR) pour proposer leurs propres offres commerciales, peinent à se faire une place. Ils ont certes continué leur progression sur le marché en gagnant 52 % de clients supplémentaires. Mais cette progression reste cependant minime puisqu'avec 425 300 clients au total, le MVNO ne représentent que 0,91 % du marché.
Quant aux usages des français adeptes du portable, ils sont majoritairement tournés vers les forfaits post-payés. Ils représentaient fin mars 31 026 millions de contrats, contre 17 569 millions de clients de cartes prépayées.
Les SMS gardent la palme de l'usage (hors communication vocale) le plus répandu en France à partir d'un mobile. Chaque détenteur d'un portable en a envoyé en moyenne 26,9 par mois ce trimestre, soit une croissance de 7,6 % par rapport à fin 2005.
L'Arcep note par ailleurs une baisse du nombre de clients au multimédia via mobile (Internet, téléchargement …). La clientèle multimédia a en effet chuté de 3,3 % sur le trimestre avec 13 401 millions d'abonnés à ces services fin mars.
(Atelier groupe BNP Paribas – 10/05/2006)