Les employeurs français risquent d'être déçus par les résultats de cette étude. Comment ?!! Les salariés ne seraient que des saboteurs, des utilisateurs indifférents au mal que se donne...

Les employeurs français risquent d’être déçus par les résultats de cette étude. Comment ?!! Les salariés ne seraient que des saboteurs, des utilisateurs indifférents au mal que se donne l’entreprise pour sécuriser son réseau, et à ce qu’il lui en coûte d’être victime d’un Mydoom, Sobig ou autre Bagle ? Il faut se rendre à l’évidence. Le salarié français n’est plus ce qu’il était ; et même s’il aime son entreprise, il n’a que faire de la sécurité informatique de celle-ci.

Il n'a fallu que quelques jours pour voir le virus « Mydoom » envahir les boîtes e-mail et infecter le système de millions d'ordinateurs... Une étude, conduite en France, au Royaume-Uni et en Allemagne à la demande de NetIQ, fournisseur de solutions de gestion de la sécurité et de la performance d'infrastructure, révèle que 86% des personnes interrogées en France exposent régulièrement et sciemment les entreprises qui les emploient aux risques liés aux virus et aux attaques. Un résultat quasi similaire pour l'Allemagne (89%), mais moindre au Royaume-Uni (70%).

89% de l’ensemble des sondés accèdent régulièrement à leurs e-mails privés depuis leur poste de travail professionnel. 71% soumettent régulièrement leur adresse électronique professionnelle sur des forums, des groupes de discussion ou des sites de commerce en ligne. Une invite aux spammeurs certes, mais aussi un moyen efficace de protéger sa messagerie personnelle tout en restant informé d’éventuelles offres commerciales intéressantes, des résultats de la loterie, etc. (on ne sait jamais) !!

Alors qu'elles exposent ainsi régulièrement le réseau de leur employeur aux risques du spam et des attaques virales, les personnes interrogées reconnaissent en majorité avoir connaissance des moyens par lesquels hackers et spammeurs risquent d'attaquer une entreprise.

Des chiffres qui permettent à Ed Macnair, Directeur de la division sécurité des contenus de Net IQ de remarquer, mot pour mot : « Ces chiffres illustrent les opportunités immenses offertes aux personnes mal intentionnées (…) Les employés constituent vraiment la plus grande faiblesse d'une organisation. »

(Atelier groupe BNP Paribas – 19/02/2004)