Les ascenseurs plus rapides qu’Usain Bolt et multidirectionnels, font leur révolution pour faire rimer smart city avec mobility.

À quoi ressemblera l’ascenseur de la smart city ?

Les villes du globe ont toujours la folie des grandeurs ! Dubaï, la ville de toutes les prouesses et de toutes les extravagances architecturales a entamé il y a quelques jours, la construction d’une tour qui se veut la plus haute du monde. Dans cette course aux gratte-ciel, le projet est concurrencé par bien d’autres villes comme Bassora en Irak et Djeddah en Arabie Saoudite. Mais alors que les mégapoles s’étendent et s’élèvent, est-il toujours aisé d’atteindre ces sommets, et de monter parfois jusqu’à 160 étages ? De quoi décourager les fumeurs d’effectuer leurs pause-cigarettes. N’est-il pas temps aujourd’hui de repenser les ascenseurs traditionnels pour une mobilité optimisée des villes futures ?

Décupler la vitesse des ascenseurs est la première réponse que les entrepreneurs ont apportée à ce paradoxe. Le record de vitesse d’un ascenseur était détenu par la société Mitsubishi Electric. Il y a quelques jours, la société japonaise Hitachi a déclaré vouloir mettre au point l’ascenseur le plus rapide du monde capable d’atteindre le 95e étage en 43 secondes chrono, avec une vitesse de pointe de 73 km/heure. La recette miracle : des ascenseurs beaucoup plus minces, des câbles plus fins et plus légers, et des moteurs plus puissants.

Comme une course de 100 mètres, la vitesse des ascenseurs a néanmoins ses limites. Des limites proprement humaines parce que nos oreilles ne peuvent supporter une trop grande pression. Dans ce cas, pourquoi ne pas repenser complétement le mode de déplacement des ascenseurs et rompre le modèle traditionnel ? On le sait bien, l’ascenseur de notre quotidien se déplace verticalement à l’aide de câbles. Mais des ascenseurs qui se déplaceraient aussi bien horizontalement, verticalement  comme avait pu l’imaginer Roald Dahl dans Charlie et la chocolaterie, ne serait-il pas la réponse de demain? C’est en tout cas le défi que s’est lancé l’entreprise allemande Thyssengrupp. Leurs ascenseurs MULTI circulent sans câbles, le long des parois d’une tour grâce à la force magnétique et peuvent se déplacer à l’horizontal comme à la verticale. Des ascenseurs qui cumulent les atouts, parce qu’ils permettent un gain de place non négligeable. Mais aussi les inconvénients : leur grande consommation en énergie. Les premiers tests auront lieu à la fin de l’année 2016.

Et comme le plus court chemin d’un point A à un point B est la droite, pour que la panoplie soit complète, imaginer un ascenseur capable de tracer une diagonale, est-il un défi technique réalisable ? Les années à venir nous le diront.

 

 

Rédigé par Laura Frémy
Journaliste