Pour la troisième année consécutive, CapGemini rend publique son étude – en collaboration avec TNS Sofres - sur les rapports qu’entretiennent les Français avec les services publics sur Internet :...

Pour la troisième année consécutive, CapGemini rend publique son étude – en collaboration avec TNS Sofres - sur les rapports qu’entretiennent les Français avec les services publics sur Internet : Quels usages ? Quels intérêts ? Quelles difficultés ? Comparaison européenne Selon les résultats obtenus par CapGemini, il apparaît que les internautes français consultent plus les sites publics que les Anglais ou les Allemands. Si la tendance à une augmentation de la population d’internautes se confirme dans chacun des trois pays, il n’en va pas de même pour l’Internet dit public, qui décroît en Allemagne (37% des internautes se sont rendus sur un site public en 2004 contre 54% en 2003 pour l'Allemagne) et n’a presque pas augmenté en Grande-Bretagne (48% contre 49% en 2003 pour la Grande-Bretagne). A l’inverse, la France voit cette proportion augmenter (69% des internautes en 2004, contre 65 % en 2003), et c’est le site de l’Agence Nationale Pour l’Emploi (ANPE) qui attire le plus d’internautes : en 2004, 34% des salariés internautes se sont connectés à anpe.fr et 23% des inactifs. Le profil de l’internaute public… En France, l’usager type d’Internet est toujours un homme, jeune (18-24 ans), urbain et actif. De son côté, l’internaute public 2004 n’est plus tout à fait celui de 2003 : ce sont aujourd’hui principalement des femmes plus jeunes, plus urbaines et de milieu privilégié qui se connectent à des sites publics (71% des femmes internautes interrogées se sont connectées sur des sites publics en 2004 contre 65% en 2003). Les avantages de l’Internet public… Qu’est-ce qui mène ainsi les internautes à visiter des sites publics ? 63% des internautes déclarent recourir à l’administration en ligne pour éviter les queues et les déplacements, 36% pour gagner du temps sur les délais postaux, 31% pour éviter l’attente téléphonique et 27% pour diminuer la paperasserie. L’obtention d’information reste le motif essentiel de la connexion (47%). Les autres démarches sont plus interactives, comme le paiement d’impôts en ligne (15%) ou l’obtention de formulaires d’état civil (14%). Et puis, dans l’esprit ce ces internautes publics, il y a toujours l’idée qu’Internet peut rapprocher l’administration et les services publics des besoins des citoyens, et surtout permettre la réalisation d’économies importantes pour l’administration. Pour cela, il faudra sans doute de plus grandes campagnes d’information sur les sites existants et sur les services : 25 % des personnes sondées ont exprimé cette nécessité. Les services les plus plébiscités… La recherche d’emploi reste la première préoccupation des Français en 2004 (40% des connexions). La santé est toutefois devenu la 2ème attente (27% en 2004, soit une forte progression par rapport à 2003 drainée par les remboursements, le diagnostic à distance …). Viennent ensuite les services sociaux (information sur ses droits), la fiscalité et l’éducation. (Atelier groupe BNP Paribas – 27/08/2004)