Le fonds Atti investira dans des projets qui visent à faciliter l'accès des citoyens aux données publiques. Cela en tenant compte des problèmes de bande passante, de manque de maîtrise des technologies web...

En Afrique, la transparence gouvernementale passe par des applications

"Il est important qu'il soit facile pour n'importe quel citoyen en Afrique d'accéder à des données publiques à la demande", explique à L'Atelier Mendi Njonjo, responsable du financement pour l'Institut néerlandais de coopération, Hivos. Et d'ajouter : "cela avec le niveau de granularité dont il a besoin, sans être confronté à des problèmes de bande passante, etc.". Pour y parvenir, l'organisation s'est rapprochée de la société d'investissements philanthropique Omidyar Network pour lancer le fond Atti (Africa Transparency and Technology Initiative). Celui-ci aura pour tâche de soutenir les initiatives technologiques permettant aux citoyens d'être en mesure de demander des comptes à leurs gouvernants. "Au final, l'accès à de l'information publique crédible sur l'utilisation et la gestion des ressources publiques facilitera la transparence", ajoute Mendi Njonjo.

Deux millions de dollars sur deux ans

Concrètement, Omidyar investira la somme de deux millions de dollars sur les deux prochaines années. Hivos, de son côté, sera chargé d'administrer le fonds, dont le siège sera situé à Nairobi. Celui-ci financera les projets – proposés par des développeurs indépendants comme par des start-up – qui utilisent la technologie pour promouvoir les flux de données publiques en provenance et à destination des citoyens. "Le but n'est pas de soutenir une technologie pour le bénéfice de cette dernière mais quand elles permettent de réaliser un changement social". Des données en général déjà accessibles et qui concernent le budget, la législation... Mais qui n'étaient encore souvent pas consultables aisément. Dans le détail, ce sont des solutions consultables sur le web qui devraient être majoritairement soutenues.

Des applications web et mobile

"Les applications web restent le moyen le plus facile d'agréger et de disséminer de grandes quantités de données". Mais un nombre important de modules qui seront développés devraient aussi l'être pour le téléphone portable. "Cela parce qu'une partie importante de la population utilise le mobile comme premier mode de communication". Pour donner une idée des applications développées, on peut citer Budget Tracker au Kenya, qui facilite l'accès aux données relatives au budget et à sa gestion en fournissant l'information via une feuille de calcul plutôt que par PDF. Les responsables du fonds devraient lancer prochainement un appel à projet. Ses efforts se concentreront principalement dans trois pays : le Ghana, le Kenya et le Nigeria. "Mais nous considérerons aussi les propositions en provenance d'autres régions du continent", conclut Mendi Njonjo.

Rédigé par Mathilde Cristiani
Head of Media