Le conseil d'administration d'Alcatel a examiné et arrêté les comptes du quatrième trimestre et de l'année 2003. Au niveau annuel, subissant toujours d'importants frais de restructuration (1,3...

Le conseil d'administration d'Alcatel a examiné et arrêté les comptes du quatrième trimestre et de l'année 2003. Au niveau annuel, subissant toujours d’importants frais de restructuration (1,3 milliards d’euros), le groupe français réduit toutefois sa perte à 1,94 milliard d’euros, contre plus de 4,7 milliards en 2002. En revanche, les résultats d’exploitation sont positifs : le résultat opérationnel est de 332 millions à comparer à des pertes de 606 millions en 2002.

Le chiffre d'affaires du 4ème trimestre, à 3 765 millions d'euros, est en croissance de 29,4% par rapport au trimestre précédent à 2 909 millions d'euros. Une bonne tendance, qui a fait dire au très prudent Serge Tchuruk qu’Alcatel reparlait de croissance « pour la 1ère fois depuis trois ans ». Une croissance qui sera néanmoins très ciblée, puisque le groupe cherche prochainement à conclure un partenariat dans les domaines de la fibres optiques et des terminaux mobiles.

Cette dernière division, qui continue à être déficitaire, pourrait être rachetée par le chinois TCL, dont les résultats sont portés par le premier marché mondial des téléphones mobiles. Côté fibre optique, Nexans, spécialiste des câbles et ancienne filiale d’Alcatel, a déposé une offre lundi dernier sur la division d’Alcatel. Les perspectives sont donc principalement du côté des réseaux filaires (ADSL et ses développements : TV sur ADSL), de la téléphonie sur IP, des solutions réseaux à valeur ajoutée, et des réseaux sans fil où Alcatel a remporté de jolis contrats dans un contexte toujours difficile.

(Atelier groupe BNP Paribas – 06/02/2004)