Le marché fait la moue, il boude Alcatel. L'action de l'équipementier français a quasiment perdu 5 % en bourse à l'annonce de résultats pourtant honorables. Le groupe a ainsi publié un chiffre...

Le marché fait la moue, il boude Alcatel. L'action de l'équipementier français a quasiment perdu 5 % en bourse à l'annonce de résultats pourtant honorables. Le groupe a ainsi publié un chiffre d'affaires de 2,61 milliards, en progression de 3,7 % par rapport au premier trimestre 2004. La marge brute est de 36,4 %, supérieure à celle du quatrième trimestre 2004, tandis que la marge d'exploitation s'affiche à 107 millions d'euros, soit 4,1 % du chiffre d'affaires et es revenus, et est en progression de 27 % par rapport au premier trimestre 2004.

C'est sans doute la baisse du résultat net que le marché ne pardonne pas. Il s'élève sur le trimestre à 124 millions d'euros, en baisse de 55 % par rapport au premier trimestre 2004, marqué par une plus-value enregistrée de 251 millions d'euros ! Comparativement aux résultats du 4 ème trimestre 2004, le bénéfice net des trois derniers mois a progressé fortement, passant de 25 à 124 millions d'euros !

Globalement, Alcatel continue d'être plombé par sa division communications fixes, dont le chiffre d'affaires a une nouvelle fois baissé de 9,1 %, à 987 millions d'euros, repassant la barre fatidique du milliard d'euros. La division peut toutefois se féliciter des revenus croissants de la voix sur IP, sans laquelle ses revenus seraient vraiment en chute libre.

L'équipementier se rattrape avec des revenus dans les communications mobiles en progression de 28 % sur une année, à 789 millions d'euros. Une progression qu'Alcatel attribue au développement des infrastructures dans les pays émergents, en particulier en Chine, en Russie, en Inde et au Brésil, mais aussi à l'élargissement e la couverture 3G dans les ays plus avancés.

Côté prévisions, le PDG du groupe Serge Tchuruk a réaffirmé qu'Alcatel maintenait son objectif d'une croissance de son CA entre 4 et 5 % et une marge opérationnelle de 10 %.

(Atelier groupe BNP Paribas - 28/04/2005)