Dans l'affaire qui oppose AMD et Intel au sujet de l'éventuel "abus de position dominante" de ce dernier, la justice japonaise vient de donner un sacré coup de pouce au plaignant en lui...

Dans l'affaire qui oppose AMD et Intel au sujet de l'éventuel "abus de position dominante" de ce dernier, la justice japonaise vient de donner un sacré coup de pouce au plaignant en lui octroyant un droit d'accès à toutes les pièces à conviction versées au dossier.

En juin, AMD (Advanced Micro Device) porte plainte contre le numéro un mondial des semi-conducteurs, Intel, pour pratiques anti-concurrentielles. Concrètement, Intel est accusé d'avoir fait pression sur plusieurs assembleurs d'ordinateurs au Japon, aux Etats-Unis et en Europe pour que ces derniers utilisent exclusivement ses produits et ne s'approvisionnent pas chez AMD. A ce titre, le plaignant réclame 50 millions de dollars de dommages et intérêts.

Suite à la décision prise par la Fair Trade Commission of Japan (JTFC), AMD aura donc désormais accès à tous les documents à charge récoltés par la justice japonaise lors de ses enquêtes chez Intel, mais également chez ses différents partenaires commerciaux pour la plupart japonais, au nombre desquels on trouve Fujitsu, Hitachi, NEC, Sony ou Toshiba, ce qui lui permettra d'étayer son dossier et de justifier sa plainte devant la Cour.

Interrogé par le Nouvel Observateur , Jens Drews, porte-parole d'AMD, estime "qu'une décision de justice pourrait permettre aux utilisateurs de réaliser combien le marché du PC est un marché manipulé, et non pas un marché de concurrence équitable et ouverte".

(Atelier groupe BNP Paribas - 03/01/2006)