Une maison dont le besoin en énergie serait alimenté par une voiture. Scénario futuriste? Plus maintenant grâce au projet AMIE entrepris par des équipes de l’Oak Ridge National Laboratory.

AMIE : la maison imprimée 3D alimentée par une voiture

En mai dernier, Elon Musk annonçait le lancement de Tesla Powerall, une batterie qui, une fois nourrie de l’énergie solaire, peut alimenter une habitation tout entière.

Réduire la consommation d’énergie mondiale, rendre nos lieux de vie durables, la visée de Powerall entre tout à fait en résonance avec AMIE (Additive Manufacturing Integrated Energy), un projet mené par des chercheurs de l’Oak Ridge National Laboratory en partenariat avec l’université du Tennessee et une vingtaine d’acteurs du secteur privé.

« Nous souhaitions réfléchir à ce à quoi pourrait ressembler le futur si on réussissait à répondre efficacement aux challenges de l’approvisionnement en énergie de la population mondiale », explique Roderick Jackson, membre de l’équipe scientifique en charge du projet.

 

Repenser la manière dont on génère, stocke et consomme de l’énergie

Mais AMIE bouscule nos représentations puisque l’initiative invite à repenser la manière dont l’énergie est générée, stockée et utilisée. « Lorsque nous utilisons nos véhicules, nous utilisons de l’énergie tout comme nous le faisons dans nos habitations. Cependant, ces deux flux d’énergie circulent habituellement de manière indépendante. De plus quand ma voiture est inutilisée, sa batterie l’est aussi. On s’est alors posé la question suivante : et si on rassemblait ces deux courants d’énergie ? », poursuit le chercheur.

AMIE, un project futuriste qui repense la manière dont on génère, stocke et fait circuler l'énergie

La version 1 d'AMIE entame l'ère de l'énergie partagée entre bâtiments et véhicules (Crédits photo : Oak Ridge National Laboratory)

9 mois plus tard, le pari est gagné. L’équipe en charge du projet a réussi à faire sortir de terre une maison capable de recevoir l’énergie d’un véhicule et ainsi contribuer à son autosuffisance. 80 % de cette maison a été créé grâce à l’additive manufacturing, soit la version industrielle de l’impression 3D. General Electric a d’ailleurs contribué à sa réalisation. « Avec la première version d’AMIE, l’objectif était de partager notre vision aux yeux du monde, tenter de familiariser les gens avec ce nouveau type de résidences ».

La version 2 devra être scalable

Les chercheurs ont notamment travaillé sur un transfert d’énergie wireless entre l’habitation et le véhicule. « On a déjà pu observer cette technologie à l’échelle d’un smartphone : pas besoin de brancher quoi que ce soit. Ici le principe est le même. La voiture en se garant se stationne sur un socle de transfert d’énergie qui décide quelle quantité d’énergie va pouvoir être transférée à la maison ».

La version 2 d’AMIE serait bientôt sur les rails. « Maintenant que nous pouvons connecter une maison et un véhicule, la prochaine étape consiste à étendre ce projet à plus grande échelle. Quid de connecter un véhicule à plusieurs bâtiments, d’agréger plusieurs éléments en somme ? ». Les discussions quant aux applications industrielles et commerciales de ce projet sont également en cours de discussion. « Nous avons travaillé avec une équipe de professionnels et chercheurs exceptionnels. À présent, à nous de réfléchir au visage que pourrait revêtir AMIE 2.0 ».

Rédigé par Pauline Canteneur