L’Atelier BNP Paribas, en collaboration avec le spécialiste de mesure de performances IP-Label, vous livre une analyse du Web en Asie. Nous nous attardons aujourd’hui sur une singularité méconnue de l’Internet chinois, fondé en réalité sur deux réseaux télécoms distincts : l’un au Nord et l’autre au Sud du pays. Un paramètre fondamental à comprendre pour qui souhaite aborder le deuxième plus grand pays de l’Internet.

L’Internet chinois : un réseau coupé en deux… La Chine est connue dans le monde entier pour sa Grande Muraille, la plus grande fortification du monde. Elle l’est aussi aujourd’hui pour son Great Firewall,  une "muraille électronique" destinée à contrôler les échanges Internet entre la Chine et le reste du monde. Cette sécurité dégrade fortement les temps de réponse et la disponibilité des services en ligne.  Il existe toutefois une autre explication aux problèmes de qualité vécue au quotidien par les internautes chinois : l’existence d’une  "fracture géographique Nord-Sud". Souvent méconnue des chinois eux-même, elle affecte directement les échanges électroniques à l’intérieur même du pays. A l’émergence de l’Internet chinois, les autorités ont en effet décidé de structurer leur réseau en deux parties : le Nord dont la gestion a été confiée à China Netcom, et le Sud confié China Telecom. Soit un morceau de l’Internet donné aux deux opérateurs télécoms nationaux. …et mal interconnecté Chacun des deux opérateurs déploie et opère son propre réseau Internet sur la partie du pays qui lui a été allouée. Les différents fournisseurs d’accès locaux revendent ensuite leurs services de connexion, de messagerie ou d’hébergement aux abonnés et aux entreprises de leur région. Shanghai Telecom par exemple revend localement les services produits et administrés par China Telecom pour toute la Chine du Sud. Malheureusement, l’interconnexion entre ces deux réseaux est très mauvaise. Ainsi, quand il s’agit de consulter ou d’utiliser des services en ligne dans le Sud de la Chine, vous vous retrouvez confronté à des problèmes de disponibilité et de lenteur dans le Nord. Des répercutions directes sur les services en lignes Nombreux sont les exemples de sites webs qui offrent une bonne qualité d’expérience aux utilisateurs d’une zone géographique, et dans le même temps, une mauvaise qualité à d’autres utilisateurs situés dans une région différente. Le schéma ci-dessous présente les temps de réponse obtenus par la sonde d’IP-Label à Pékin (réseau China Netcom), pour accéder à un site web hébergé à Shanghai (réseau China Telecom).   Le passage du Nord de la Chine au Sud, et donc l’interconnexion entre China Netcom et China Telecom, apparaît clairement au niveau du 10ème équipement (routeur). Ci-dessous le temps d’accès au même site mais réalisé cette fois-ci à partir de la sonde IP-Label de Shanghai. Autre exemple, un site web dont la performance moyenne est de 14 secondes (ce qui est déjà très long), mais qui en fait propose un temps de chargement de sa page d’accueil à 11 secondes pour Shanghai, 12 secondes pour Shenzhen, et quasiment 18 secondes pour Beijing (Pékin), soit 6 secondes de plus ! Plusieurs solutions peuvent être envisagées pour améliorer concrètement et immédiatement les performances des services en ligne au niveau national ? Opter pour une solution d’accélération de contenu (Content Delivery Network – CDN) Certains acteurs proposent ce type de service en Chine. Cette solution coûteuse à mettre en place doit être testée en situation réelle avant toute décision car , elle ne garantit pas l’uniformité du service sur tout le territoire. Dupliquer son site Web sur les deux réseaux Principal inconvénient  : la multiplication par deux des coûts d’infrastructure et d’hébergement. Cependant, cet investissement peut être justifié pour les services en ligne critique ou à fort enjeu économique. Choisir un hébergement raccordé aux deux réseaux Certains fournisseurs peuvent raccorder une même plate-forme aux deux réseaux Internet. L’avantage d’une telle solution est bien évidemment le coût : un seul hébergement à financer et à maintenir. Une combinaison entre ces différentes solutions est également possible puisque une solution CDN peut venir compléter les deux autres solutions. L’arbitrage se fera au niveau de l’enjeu des services concernés et de la qualité qui souhaite être apportée aux internautes chinois. On le voit, l’Internet en Chine est à l’image de ce vaste empire : compliqué, mystérieux, difficile à appréhender, et où l’influence de l’Etat a des conséquences directes sur le business. par Christophe Depeux - Directeur Asie Pacifique d’IP-Label pour L'Atelier BNP Paribas