Kalisto, concepteur et développeur de jeux, a réalisé en 2000 un chiffre d’affaires de 19 millions de F, contre une prévision de 170 millions de F. Cette prévision comprenait deux sources de revenus...

Kalisto, concepteur et développeur de jeux, a réalisé en 2000 un chiffre d’affaires de 19 millions de F, contre une prévision de 170 millions de F. Cette prévision comprenait deux sources de revenus, le off line et le on line. L’écart par rapport aux 170 millions de F s’explique essentiellement par des négociations entamées en 2000, n’ayant pub aboutir avant la fin de l’exercice. Les difficultés liées à l’évolution que connaît actuellement le marché du jeu vidéo en raison de la transition des plates-formes et des délais de livraison de la console PlayStation 2, ont entraîné des décalages des négociations pour la vente de productions off line originales ou co-productions. De plus, la cession d’une licence pour 26 millions de F, signée le 19 décembre dernier n’ a été comptabilisée que dans le chiffre d’affaires 2001. Au total, le chiffre d’affaires du off line d’environ 19 millions de F constitue l’intégralité du chiffre d’affaires 2000. En on line, les négociations très avancées portant notamment sur la licence «Ultimate Race» n’ont pu être finalisées avant la fin de l’exercice, mais sont toujours en cours actuellement. Kalisto avait maintenu ses perspectives de chiffre d’affaires 2000 au vu des négociations. En conséquence, la perte consolidée de l’exercice devrait atteindre, près de 175 millions de F, dont 40 millions de F concernent le dénouement d’opérations de l’exercice 1999. Compte tenu de sa position, la société a mis en place des mesures de renforcement de sa structure: à savoir notamment un système renforcé de suivi et d’anticipation des dépenses en place depuis octobre 2000, des mesures de suivi commercial plus strictes, un plan de réduction des charges en France et à l’étranger, et la recherche de partenaires industriels et financiers. Kalisto confirme sa volonté de s’orienter vers le développement de projets on line et off line pluri-annuels, innovants, pour de nouveaux types de partenaires, mais nécessitant des négociations plus longues. Des accords de partenariats globaux de diffusion pour ses productions off line, actuellement en cours, devraient aboutir avant la fin du 1er semestre 2001. (Christine Weissrock – Atelier BNP Paribas – 13/03/2001)