Les utilisateurs d'ordiphones ou de tablettes affirment lire davantage - et notamment des ouvrages papier - depuis qu'ils possèdent un appareil électronique.

Quand les appareils nomades encouragent à la lecture

L’engouement du grand public pour les ordiphones et autres tablettes tactiles amène de plus en plus de personnes à la lecture, constate iModerate Research dans une étude. Selon les chiffres du rapport, les deux tiers des utilisateurs d’appareils électroniques dits “multifonctions” (iPhone, iPad, Blackberry, appareils fonctionnant sous Android, etc.) sont devenus de plus grands lecteurs au fil du temps. Et ce qui est intéressant, c’est que près de la moitié (46 %) se sont mis à lire davantage d’ouvrages papier. “Les chances sont grandes pour que la vente de livres électroniques augmente cette année, car les consommateurs sont de plus en plus enclins à adopter cet usage”, souligne Laurie Brock, responsable de l’enquête.

Des appareils jugés adéquats

Et de préciser : “Du moment qu’ils ont leur appareil avec eux 24h/24 et sept jours sur sept, ils vont nécessairement y lire divers contenus, en particulier si le prix des e-books demeure raisonnable”. Dans le détail, 80 % des personnes interrogées qui reconnaissent acheter des livres numériques affirment que les appareils nomades se prêtent bien à la lecture. Et que c’est ce qui les pousse à acquérir des ouvrages sur ces supports. Autre chose : plus de 60 % d’entre elles indiquent que l’un des avantages majeurs est la facilité de recherche et d’achat.

La lecture correspond à des usages spécifiques

Par ailleurs, les occasions principales pour s’adonner à la lecture sur ces appareils sont les périodes de déplacement, d’attente, ou de décontraction (loisirs). Autrement dit, la lecture numérique correspond aussi à des usages spécifiques. A noter : l’étude a été menée auprès de 300 utilisateurs d’appareils “multifonctions” ayant lu un ouvrage numérique au cours des six derniers mois. Pour rappel, une précédente étude de onCampus Research soulignait quant à elle que les ouvrages papiers étaient encore de loin préférés aux livres numériques, du moins par les étudiants.