Le moteur de recherche lance un outil pour requêter sur la Toile sans laisser de traces. Cet engagement pour la protection des données intervient peu après les accusations lancées contre Google pour violation de la vie privée...

Le moteur de recherche lance un outil pour requêter sur la Toile sans laisser de traces. Cet engagement pour la protection des données intervient peu après les accusations lancées contre Google pour violation de la vie privée.
 
Le moteur de recherche Ask.com lance une nouvelle fonction qui permet aux internautes d'effectuer des recherches tout en préservant leur l'anonymat. La polémique autour de Google et de la conservation des données aurait-elle inspiré ses concurrents? Quoi qu'il en soit le dispositif, baptisé AskEraser, efface l'historique des recherches ou propose aux utilisateurs de sélectionner les informations qu'ils souhaitent ne pas voir conservées.
 
Donner le choix de l'anonymat
 
"AskEraser est une solution efficace pour les internautes qui souhaitent un niveau supérieur de protection de la vie privée lors de leurs recherches", explique Jim Lanzone, p-dg d'Ask.com. Et d'ajouter : "Les données anonymes des utilisateurs peuvent être très utiles pour améliorer l'efficacité des produits de recherche pour l'ensemble des utilisateurs, et nous nous faisons un point d'honneur à être les plus transparents possible sur l'utilisation des informations que nous collectons. Mais nous comprenons que de nombreux internautes soient intéressés par des outils capables de protéger toujours plus leur vie privée". Le dispositif devrait être disponible d'ici la fin de l'année aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne. Pour les autres pays européens, il faudra patienter jusqu'en 2008.
 
Un moyen de concurrencer Google
 
Pour mémoire, Google avait dû faire face fin mai aux reproches des autorités américaines et d'un groupe d'experts européens. Ceux-ci l'accusaient d'enfreindre la protection de la vie privée en conservant des données sur les internautes lors de chacune de leurs recherches. Très vite, le géant du web avait annoncé rentrer dans le rang et limiter à 18 mois la période de conservation de ces informations comme les mots-clés ou les cookies. Mais cette polémique, vite réprimée, a néanmoins ravivé le débat sur la vie privée. Et fait du problème un nouveau cheval de bataille pour couper l'herbe sous le pied de Google.
 
De nouvelles règles pour un Internet plus sûr
 
 
Ask ne s'arrête pas à son nouvel outil de recherche et annonce un partenariat avec Microsoft pour le développement de pratiques destinées à la préservation de la vie privée des internautes. Pour mener leur projet, les deux sociétés ont sollicité la collaboration d'autres entreprises du secteur technologique, d'universitaires et d'associations de consommateurs. Les solutions concerneront la collecte de données, mais aussi leur utilisation et leur protection dans le cadre de la recherche et de la publicité en ligne. Les deux firmes invitent également les professionnels de l'Internet au dialogue afin de délimiter un ensemble de pratiques liées au respect de la vie privée à l'heure où la recherche et la publicité en ligne ne cessent de prendre de l'ampleur.
 
"Les données d'utilisateur anonymes peuvent être très utiles pour améliorer les produits de recherche pour l'ensemble des utilisateurs, mais les gens devraient avoir accès aux contrôles liés au domaine de la vie privée, basés sur leur niveau de confort quant au stockage de leurs données de recherche", explique Doug Leeds, vice-président de la gestion de produit chez Ask. "Nous nous engageons à développer de nouvelles façons de donner aux consommateurs le contrôle auquel ils ont droit lorsqu'il est question de recherche en ligne", ajoute-t-il.

(Atelier groupe BNP Paribas – 23/07/2007)