La mise en place d’un réseau large bande a toutes les chances de développer les services de santé à distance. Mais l’enjeu principal est de redéfinir les règles du marché, en rapprochant chacun des acteurs.

En Australie, la télémédecine a besoin de coordination

Pour que la télémédecine soit largement adoptée en Australie, il était impératif de déployer sur l’ensemble du territoire un réseau national haut-débit, affirmait récemment l’Access Economics. Cette condition est essentielle, mais pas suffisante, nuance dans un rapport le Nicta, un institut d'études australien spécialisé dans les technologies de l'innovation. Le centre de recherche précise que la mise en place d’une infrastructure large bande ne permettra pas à elle seule de développer les usages de télémédecine. Et que l’enjeu majeur est surtout de parvenir à une approche coordonnée des acteurs du marché. 

Une approche coordonnée indispensable

Ce, pour résoudre un certain nombre de problèmes, que les analystes détaillent dans leur rapport. "L’approche coordonnée est nécessaire pour relever les défis à venir, liés à l’hétérogénéité du réseau haut-débit", explique ainsi les spécialistes. En premier lieu, des barrières institutionnelles doivent être dépassées. Selon le rapport, les règles juridiques et législatives sont encore peu définies, et les acteurs doivent conjointement chercher à éclaircir cette zone d’ombre. Plus d’interopérabilité est également nécessaire, pour favoriser les solutions innovantes.

Assurer une plus grande connectivité

Et éviter d’éventuels dysfonctionnements, dans la mise en place effective de services de santé à distance. Autre problème à surmonter : la question des modèles économiques, qui doivent être repensés, afin d’éviter que les systèmes actuels - peu pertinents - ne s’appliquent aux nouvelles méthodes de télémédecine. Il est également important, selon les spécialistes, d’assurer une plus grande connectivité, avec un service fourni au patient de façon ubiquitaire, qui prendrait notamment en compte sa mobilité.