La justice américaine semble décidée à déployer une armada de moyens pour lutter contre la fraude sur Internet. Le ministre John Ashcroft a précisé que depuis le début du mois de juin le...

La justice américaine semble décidée à déployer une armada de moyens pour lutter contre la fraude sur Internet. Le ministre John Ashcroft a précisé que depuis le début du mois de juin le gouvernement avait procédé à plus d’une centaine d’arrestations. Il s’agit là d’une opération sans précédent dans l’histoire de la lutte contre la fraude.

« Web Snare » (ou « Piégé dans la toile ») est le nom de cette importante campagne, qui a tant visé les auteurs de virus que les concepteurs de logiciels contrefaits.

John Ashcroft a précisé que ces fraudes et ces piratages divers coûtaient chaque année 50 milliards de dollars aux entreprises du pays. Comme bien souvent, la fin a justifié les moyens : perquisitions aux domiciles des pirates présumés, saisie de matériel informatique, arrestations… en attendant les jugements des contrevenants.

Les autorités du pays semblent également décidées à s’engager dans la lutte contre le téléchargement illégal sur Internet et le démantèlement des plus gros réseaux de peer-to-peer. La RIAA (Recording Industry Association of America) avait déjà annoncé la semaine dernière le lancement de nouvelles procédures à l’encontre de près de 750 internautes ayant téléchargé des fichiers musicaux sur des réseaux d’échange en ligne.

Du côté du ministère de la Justice, même combat : seulement, dans son cas, ce sont les très gros bonnets de l’échange de fichiers qui sont visés. Les autorités ont ainsi saisi cinq serveurs, au domicile de leurs propriétaires, qui contenaient jusqu’à 40 petaoctets de données. C’est-à-dire 60.000 films, ou 10,5 millions de chansons !

(Atelier groupe BNP Paribas – 30/08/2004)