Les responsables de formations virtuelles ont tout intérêt à reconstituer au maximum des environnements réels et à passer par des mises en situation. La raison : cela favorise l'émotion, qui favorise l'engagement

Avatars et 3D améliorent l'apprentissage

La mise en situation reste l'un des meilleurs moyens d'acquérir des compétences. Notamment parce qu'elle permet de faire intervenir l'aspect émotionnel. Quand il s'agit de passer par des environnements virtuels, une solution est de passer par la 3D et de représenter les individus par des avatars. C'est ce qu'a fait le Conseil britannique de recherche économique et social (ECRS) : une équipe de chercheurs a mis au point des mondes 3D virtuels (villes, bâtiments...) permettant à de jeunes utilisateurs d'interagir entre eux sur des thèmes bien précis, mais variés, via des personnages virtuels censés les représenter.

Une forte implication entraînant une augmentation des capacités réelles

Certains devaient ainsi apprendre à réaliser des films, faire de la photographie, ou encore effectuer une certaine action au cœur de la communauté des utilisateurs. Se sont ainsi formés des groupes de travail présentant une structuration hiérarchique, et dont les membres se sont révélés capables de coordonner les actions réalisées. D'après les chercheurs, les compétences acquises via les tâches accomplies au cours du jeu se sont traduites dans la vie réelle par un véritable accroissement de capacités. Des améliorations notables ont ainsi été remarquées dans le domaine des activités cognitives et organisationnelles.

Un outil d'apprentissage multi usages

"Nous avons pu montrer qu'il était possible d'impliquer les jeunes de telle façon qu'ils fassent intervenir leur énergie, leurs sentiments, leurs émotions dans la réalisation de leur tâches", explique Victor Lally, chercheur à la tête du projet. "Nous supposons que cet engagement est à la base des progrès observés". Si le logiciel actuel ne vise pour le moment qu'à former des utilisateurs de moins de 18 ans, il serait tout à fait possible de généraliser le principe pour en faire un outil de formation en  entreprise qui soit ludique et efficace