Axa, le troisième assureur de France, se charge d’envoyer devant le tribunal le mois prochain le géant de la recherche sur Internet Google. Celui-ci est déjà l’objet de plusieurs plaintes, d’un...

Axa, le troisième assureur de France, se charge d’envoyer devant le tribunal le mois prochain le géant de la recherche sur Internet Google. Celui-ci est déjà l’objet de plusieurs plaintes, d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique. Plus précisément, c’est son service publicitaire Adwords qui est mis en cause dans de nombreux cas : il est reproché à Google, via cet outil, de détourner illicitement des marques déposées au profit de ses sociétés clientes. Illustration : l’internaute qui saisit sur le moteur de recherche les terme « Axa » ou « Direct assurance » reçoit en premières réponses à sa requête des liens sponsorisés vantant les services des concurrents d’Axa. Le fait est que ces deux expressions leur ont été vendues par Google ! Rappelons que le principe d’Adwords est de proposer aux annonceurs d’enchérir sur des mots-clefs… pour ensuite figurer au top des liens sponsorisés affichés par le moteur de recherche. Sauf que la France ne plaisante pas avec les marques déposées. En octobre 2003, le tribunal de Grande Instance de Nanterre condamnait Google France pour contrefaçon de marque (voir article 17.10.2003), après le dépôt d’une plainte par les voyagistes en ligne Bourse des Voyages et Bourse des Vols. Le motif était alors le même que celui aujourd’hui exprimé par Axa. A l’époque déjà le secteur évoquait la possibilité que cette action en justice contre un acteur du positionnement fasse tache d’huile. Prévision pour le moins pertinente : une audience préliminaire des allégations de l’assureur se tiendra à Paris le 10 mai prochain. Affaire à suivre de très près…(Atelier groupe BNP Paribas - 26/04/2004)