L'éditeur néerlandais de progiciels intégrés Baan vient d'annoncer pour 1998 un chiffre d'affaires de 736 millions de dollars (675 millions d'euros), en progression de 8,2 %, et une perte de 315 ...

L'éditeur néerlandais de progiciels intégrés Baan vient d'annoncer pour 1998 un chiffre d'affaires de 736 millions de dollars (675 millions d'euros), en progression de 8,2 %, et une perte de 315 millions de dollars (288 millions d'euros), contre un bénéfice de 77,2 millions de dollars en 1997. Au cours du troisième trimestre, la situation de la société s'est particulièrement dégradée provoquant une vaste restructuration (plus de 1 000 suppressions d'emplois) et le départ de son fondateur Jan Baan. L'actuel président, Tom Tinsley, commente "d'évidence 1998 a été une année particulièrement difficile pour Baan". Les perspectives pour 1999 sont loin d'être bonnes "nous pensons que 1999 sera une année difficile car les entreprises vont se préparer à passer l'an 2000". Les analystes s'attendent en effet à un ralentissement du marché des progiciels intégrés, beaucoup d'entreprises ayant déjà modernisé leurs systèmes informatiques pour passer l'an 2000. En revanche, les PME, ayant encore besoin de s'équiper en ERP, sont l'enjeu d'une bataille féroce entre les grands éditeurs comme SAP, PeopleSoft, JD Edwards ou Baan. La direction de Baan vient, dans cet objectif, de restructurer l'entreprise, en supprimant une matricielle (ligne de produits-région-pôle de compétences), pour rendre à chacune de ses filiales géographiques, plus proche des PME, leur souveraineté. Baan a également multiplier le nombre de ses distributeurs afin de renforcer ses canaux de ventes indirectes. (Les Echos - le Figaro - La Tribune - 03/03/1999)