Collaboration, interaction et expérience utilisateur seront au coeur de l'évolution des services bancaires en ligne. Un véritable enjeu pour les institutions financières dont l'environnement concurrentiel tend à se complexifier.

En 2008, le Web deuxième génération devrait marquer encore plus fortement l'activité Internet des banques. Celent estime que l'essence du web 2.0, participatif et collaboratif sera une des clés du marché bancaire en ligne. Ce, malgré le ralentissement des dépenses informatiques dans les établissements financiers. Il estime en effet à 3,6 % la croissance de ce poste de dépenses pour l'année prochaine, soit près d'un demi point de moins qu'en 2007. Une baisse de régime dont la crise des subprimes n'est pas étrangère. Et une plus grande adhésion des institutions financières aux concepts de réseaux sociaux sera à l'ordre du jour en 2008.
Services financiers et réseaux sociaux
Une tendance qui se traduira par la recherche d'intégrations à des sites tels que Facebook. Mais également par l'introduction de fonctions favorisant le "réseautage social" au sein même des services bancaires en ligne. Un tel essaimage existe déjà sur le site de gestion des finances personnelles baptisé Wesabe. Le cabinet d'analyse anticipe également l'affirmation potentielle de Google sur le créneau de la finance en ligne. Selon lui, l'arrivée de ce poids lourd du web pourrait notablement modifier le paysage concurrentiel sur ce segment. Et dans ce contexte évolutif, Celent ajoute que les prestataires financiers vont multiplier produits et services axés sur l'expérience utilisateur.
S'inspirer de concepts émergeants
Mode d'utilisation simplifié et échanges entre internautes devront être au centre des prestations online à l'avenir. Sur la base de ce pronostique, le cabinet d'étude préconise aux institutions financières de s'inspirer de services tels que Geezeo ou encore Prosper. Ces trois sites font en effet valoir des concepts reposant sur la collaboration, la discussion, et autres transactions entre internautes. En outre, le récent lancement du réseau peer to peer Zopa aux Etats-Unis soulève la question de l'émergence d'un nouveau mode de financement alternatif. Une problématique pour laquelle les banques devront rapidement mettre en place des réponses adaptées.
Julien François

L’Atelier groupe BNP Paribas