Un budget informatique maîtrisé : 3 % de l'ensemble des dépenses opérationnelles. Malgré de bons bénéfices dégagés lors de l'année 2004, les banques européennes étudiées par le cabinet...

A) Un budget informatique maîtrisé : 3 % de l'ensemble des dépenses opérationnelles

Malgré de bons bénéfices dégagés lors de l'année 2004, les banques européennes étudiées par le cabinet d'étude et de conseil Celent Communications sont restées prudentes dans leurs investissements informatiques programmés pour 2005. Ces derniers atteignent 45,7 milliards d'euros, soit une croissance légère de 2,5 % par rapport à 2004. Les coûts informatiques ne représentent alors que 3 % de l'ensemble des dépenses opérationnelles effectuées par les banques européennes.
 
Evolution de l'allocation des budgets informatiques dans les banques :
2001 à 2005
(En millions d'euros)

(Source : Celent Communication)

B) Des projets informatiques qui optimisent les coûts via des économies d'échelle et les règles de conformité ?

Les budgets consacrés aux projets informatiques des banques européennes sont en augmentation plus sensible : 4,1 % de croissance par rapport à 2004, preuve du dynamisme certain des banques européennes. Mais pour 90 % d'entre elles, la réduction des coûts figure parmi les 3 premiers bénéfices attendus de leurs projets informatiques.

Outre l'externalisation de certains services informatiques, le principal levier identifié par elles pour réduire leur coût réside dans les économies d'échelle issue de centralisation d'opération : back-office, cash management…

Les applications liées aux nouvelles règles de conformité financière arrivent par ailleurs en tête des priorités informatiques des banques européennes, pour 39 % d'entre elles (cf. tableau page suivante).
 

-> Plusieurs tendances relevées dans l'étude de Celent sont ressorties lors des entretiens :

 
1) Avec un ensemble informatique qui s'est forgé par strates sur plusieurs décennies, la mutualisation et/ou la centralisation des systèmes informatiques est, pour les banques, l'un des principaux leviers pour réduire ou optimiser leurs investissements informatiques ;

2) Les nouvelles règles de conformité financière sont une priorité absolue pour les investissements informatiques des banques. Ces dernières souhaitent profiter des nouvelles contraintes auxquelles elles doivent se plier pour adapter ou créer un système d'information dédié, qui soit suffisamment centralisé pour être efficace, mais aussi conçu pour être au mieux optimisé côté des investissements.

3) La gestion de la relation client reste au cœur des priorités informatiques des banques européennes. Nous aurons la vision de BNP Paribas sur le sujet, et comment Internet et l'ensemble des transactions qui s'effectuent électroniquement sont en train d'établir de nouveaux rapports entre les banquiers et leurs clients qui impactent, non seulement les particuliers, mais aussi les trésoriers d'entreprise.

 Source : Celent Communication(cliquez pour agrandir)