Avec un parc estimé à 10 millions faisant de lui le premier émetteur européen de cartes de crédit, Barclaycard devrait lancer, après l'Allemagne, une carte en France considérée comme un pays test....

Avec un parc estimé à 10 millions faisant de lui le premier émetteur européen de cartes de crédit, Barclaycard devrait lancer, après l'Allemagne, une carte en France considérée comme un pays test. S'il s'avère concluant, Barclaycard envisage de s'attaquer à d'autres pays européens. Emise sous la marque Carte Bleue Visa au prix de 225 F (seconde carte sur le même compte gratuite), cette carte sera adossée à une réserve de crédit revolving comprise entre 10 000 et 50 000 F dont le taux devrait se situer autour de 15 % (en Grande-Bretagne, il est proche de 24 %). Le porteur pourra choisir le montant de sa mensualité de remboursement avec un minimum de 3 % du capital effectivement débloqué. Gratuitement, le titulaire bénéficiera d'une garantie d'achat contre la perte et le vol des objets réglés avec la carte, des assurances voyage et assistance à l'étranger. Un service d'assistance par téléphone, accessible 24h/24, palliera l'absence de guichet. La carte bénéficiera, comme en Grande-Bretagne, d'un programme de fidélisation fondé sur une boîte à points. Selon Reuter, les analystes britanniques jugent l'aventure de Barclaycard en France particulièrement audacieuse, la France étant considérée comme un pays où les cartes bancaires ont le plus de mal à percer et comme le marché le plus dur à pénétrer pour un acteur étranger. Certains lui reprochent de ne pas avoir suffisamment pris conscience de l'importance sur ce marché d'établissements de crédits spécialisés comme le Cetelem ou Cofinoga. Pour sa défense, Barclaycard indique avoir entendu les mêmes avertissements lors du lancement de sa carte en Allemagne en 1991. Aujourd'hui, avec plus de 650 000 porteurs, il est le troisième plus grand émetteur de cartes de ce pays. (Systèmes de paiement - mars 1998)