Les moyens de transports terrestres ne sont pas les seuls à se tourner vers l’autonomie : d’ici 2020, les bateaux devraient voguer sans équipages, pilotés à distance.

Les bateaux autonomes, bientôt une réalité

La mer est une voie de circulation comme une autre, et se dotera très bientôt de moyens de transports autonomes. C’est en tout cas la volonté du groupe Rolls-Royce, qui vient de publier un livre blanc sur sa vision de la marine de demain. Au programme : pilotage à distance des cargos grâce à la réalité virtuelle et aux drones de reconnaissance. Ces derniers serviront notamment à anticiper les changements climatiques et les obstacles, autres navires inclus. La réalité virtuelle associée aux capteurs, caméras HD infrarouges et radars permettra le guidage des bateaux depuis un centre de contrôle sur la terre ferme. Rolls-Royce prévoit en particulier le visionnage des bâtiments en mer sous forme d’hologrammes

La technologie existe déjà selon Oskar Levander, vice-président innovation-marine de Rolls-Royce, et les premiers bateaux autonomes circuleront d’ici à 2020, l’environnement maritime étant plus facilement accessible pour la technologie autonome que les voies terrestres complexes. Un test en mer, “projet AAWA”, est actuellement en cours en Finlande avec un simulateur virtuel du futur centre de contrôle, et la recherche continue pour Rolls-Royce et ses partenaires qui financent un programme de recherche de 6,6 millions d’euros.

L’intérêt des cargos autonomes est d’abord de libérer l’espace autrefois dédié à l’équipage afin d’augmenter la capacité de stockage. Rolls-Royce souligne également davantage de sécurité pour les marins, les biens et les navires. Deux limites se posent cependant : la suppression d’emplois que pourrait engendrer une démocratisation des bateaux pilotés à distance, et la question de la responsabilité en cas d’incident, qui se pose déjà aux véhicules autonomes terrestres.

 

Rédigé par Cécile Puyhardy
Journaliste