L'application assure un suivi par un médecin en temps réel, mais aussi des services de télésanté. Un service qui a cependant son prix.

Better veut rendre permanent le rapport au médecin et à sa santé

Cisco indiquait récemment dans les résultats d’un sondage que la demande pour de nouveaux services de télésanté ne faisait que s’accroître aux Etats-Unis. La confiance entre médecin et patient se répercute sur les nouveaux modes de communication et de recherche : selon TNS Sofres, en France, 58% des patients jugent leurs échanges avec leurs médecins plus enrichissant lorsqu’ils se sont renseignés au préalable sur leur état sur Internet. Pourtant il est bien connu qu’investiguer sur une maladie par le biais d’un moteur de recherche peut apporter des informations erronées. C’est pour répondre à cette double demande de télésanté et de confiance entre personnels de la santé et patients que l’application pour smartphone Better a été développée. Elle offre la possibilité d’un service de télésanté 24H/24 et 7 jours sur 7.

Après le patient, le médecin connecté ?

L’application assure en effet des services gratuits dont le suivi du carnet de santé numérique ou l'accès à un logiciel permettant en fonction de ses symptômes d'évaluer les possibles maladies, ainsi que des informations relatives à celles-ci. Mais ce sont toutefois ses options payantes qui sont les plus intéressantes : elles vont du coaching personnalisé pour perdre du poids ou arrêter de fumer au suivi médical total. En effet, l’une des possibilités permises par le logiciel est de pouvoir entrer en contact téléphoniquement n’importe où à n’importe quel moment avec une infirmière ou un docteur de la Mayo Clinic, une association à but non lucratif basée aux États-Unis. Ceux-ci peuvent ainsi prodiguer des conseils, offrir un diagnostic, mais aussi gérer des rendez-vous médicaux avec des médecins ou des services d'urgence dans le pays où se trouve l'individu malade.

Un soin au coût élevé

Better, présenté le 16 avril dernier aux conférences de D : Dive Into Mobile et dont le lancement est prévu l’été prochain, n’est pas à la portée de toutes les bourses. La fonctionnalité payante minimale se situe aux alentours de 90 dollars, et la plus chère des offres se situerait elle autour de plusieurs milliers de dollars. Outre le coût onéreux d’un tel suivi médical, on peut toutefois légitimement se poser la question de l’interopérabilité d’une application telle que Better dans un pays étranger, qui engendrerait des coûts supplémentaires. Une offre faite pour des patients connectés tels que des hommes d’affaires ou des voyageurs, mais vivant avant tout dans un contexte urbain.

Rédigé par Guillaume Parodi
Rédacteur