La majorité des entreprises asiatiques ont bien compris les bénéfices potentiels d'une stratégie efficace pour gérer les Big Data. Néanmoins, l'adoption d'outils spécifiques, essentiels, n'est pas encore généralisée.

Big data : le marché asiatique se tourne vers l'analyse décisionnelle

Sur le continent asiatique, l'informatique décisionnelle va prendre une importance majeure au cours de l'année 2012. Ce sont les conclusions d'une étude menée par l'institut IDC auprès de 1300 CIO et décisionnaires IT originaires de toute cette région, Japon excepté. D'après celle-ci, plus de 65% des personnes interrogées considèrent ce domaine comme prioritaire. Un pourcentage qui peut s'expliquer par l'essor du phénomène Big Data: avec l'augmentation constante de la quantité de données disponibles, il devient de plus en plus complexe de prévoir les évolutions du marché, ou de comprendre clairement les aspirations des consommateurs. D'où le besoin de mettre en place une véritable fonction dédiée à cette analyse de données, vouée à devenir le centre de la création de valeur de l'entreprise.

De nouvelles technologies de stockage et de gestion

Plusieurs changements majeurs marqueront le passage à l'ère du Big Data. Parmi ces derniers, signalons l'apparition de nouveaux métiers d'analystes, ces derniers passant en quelque sorte du statut de marketeur à celui de chercheur. Mais outre les changements dans le personnel, c'est dans les équipements que les plus profondes fractures apparaitront. Les auteurs de l'étude prédisent ainsi la généralisation des technologies d'analyse en mémoire, capables de gérer de grandes quantités de données. De même l'on devrait être témoin de l'apparition de bases de données non relationnelles, plus à même de stocker efficacement les données en question.

Un marché pas encore mature

Toutefois, il est intéressant de noter que si la majorité des entreprises interrogées appréhendent bien ces enjeux, une minorité conséquente reste à la marge du phénomène. 30% d'entre elles affirment en effet ne pas avoir de projets quant à ces technologies d'analyse. Daniel-Zoe Jimenez, chef de projet analyse décisionnelle chez IDC, résume ainsi la situation: "Le Big data reste un marché naissant, et l'utilisation des technologies correspondantes en est encore à la phase d'expérimentation". Il espère néanmoins que "ces expérimentations conduiront à une adoption massive de ces technologies en 2012, notamment au sein du secteur de la banque, des télécommunications, et des organismes gouvernementaux"