Cette expérience, lancée par le ministère de l'Education nationale, a été menée entre 1991 et 1995 dans trois établissements afin de mesurer les apports de l'outil informatique dans le monde scolair...

Cette expérience, lancée par le ministère de l'Education nationale, a été menée entre 1991 et 1995 dans trois établissements afin de mesurer les apports de l'outil informatique dans le monde scolaire. Récemment publié, le rapport préconise le maintien de la complémentarité entre les équipements sédentaires et le matériel nomade. Les efforts se sont surtout portés sur l'utilisation du traitement de texte pour la rédaction de rapports et pour les devoirs (matériel Victor) au collège Jean-Moulin de Montmorillon dans la Vienne. Le portable (Philips) a été utilisé tout d'abord pour la prise de notes en cours dans les matières littéraires, puis étendu aux matières scientifiques au lycée Jules-Michelet à Marseille. Au lycée d'enseignement général et technique d'Haguenau, les élèves ont bénéficié d'une plus grande autonomie (portable Olivetti). Pour 80 % des élèves interrogés, au terme des cinq années d'expérience, le portable devient réellement un outil de travail à la maison. Son utilisation modifie les comportements et les relations entre élèves et enseignants. Pour peu que l'enseignant apporte en amont les outils méthodologiques indispensables, l'élève acquiert une plus grande autonomie. En revanche, l'osbervation du cursus des élèves ayant participé à l'expérience ne révèle aucun impact sur les résultats scolaires "on attend trop souvent d'une innovation qu'elle règle, comme par miracle, les problèmes trop profondément ancrés de l'échec scolaire". Les responsables ont formulé quelques remarques concernant le matériel, des efforts doivent être faits pour adapter le cartable électronique au milieu scolaire, notamment sur la trop faible autonomie des batteries "l'élève doit pouvoir utiliser sa machine toute la journée, sans qu'il soit nécessaire de prévoir des installations électriques spéciales dans les établissements, ni de transporter des batteries supplémentaires". Le poids des machines doit aussi être amélioré. De plus "la solidité et la fiabilité des écrans, des charnières, des connexions et des claviers doivent être adaptés au mode de vie de l'élève et non l'inverse". Messieurs les constructeurs, à vous de jouer .... (Le Monde Informatique - 12/09/1997)