Huit mois après le lancement de sa campagne anti-phishing baptisée Global Phishing Enforcement Initiative, Microsoft a annoncé avoir déposé 129 plaintes contre des auteurs de phishing (ou...

Huit mois après le lancement de sa campagne anti-phishing baptisée Global Phishing Enforcement Initiative, Microsoft a annoncé avoir déposé 129 plaintes contre des auteurs de phishing (ou hammeçonnage), principalement au Moyen-Orient et en Europe.
 
Sur ces 129 plaintes, 97 sont qualifiées de "procédures criminelles" et Microsoft a fourni aux autorités les informations nécessaires pour que ces plaintes aboutissent. "Nous lançons parfois nous-mêmes l'affaire en justice, mais le plus important est que nous travaillons en relation avec les autorités policières", a précisé Nancy Anderson, conseillère générale de la firme de Redmond.
 
Des plaintes au civil ont également été déposées, notamment contre des personnes mineures. Elles ne seront pas condamnées à de la prison, mais Microsoft réclame entre 1 000 et 2 000 euros de dommages et intérêts pour chaque cas.
 
Sur les 253 cas étudiés, 50 plaintes au pénal concernent des phishers turcs, 28 concernent des Allemands et 11 des Français. D'autres poursuites pénales ont également été engagées à Dubaï, au Maroc, en Italie et aux Pays-Bas. Et sur 32 plaintes au civil, 18 sont à attribuer au Royaume-Uni !
 
Selon une étude du cabinet Gartner, les attaques de phishing auraient déjà permis de détourner 2,8 milliards de dollars cette année aux Etats-Unis.
 

 
(Atelier groupe BNP Paribas – 23/11/2006)