Le fournisseur de services informatiques japonais NTT Comware, la maison d’imprimerie japonaise Dai Nippon Printing (DNP) et le développeur américain Sun Microsystems ont publié les résultats de leur test...

Le fournisseur de services informatiques japonais NTT Comware, la maison d’imprimerie japonaise Dai Nippon Printing (DNP) et le développeur américain Sun Microsystems ont publié les résultats de leur test de gestion logistique utilisant des étiquettes RFID (Radio Frequency IDentification).
L’expérience consistait à gérer des conteneurs de bouteilles en plastique fabriqués dans une usine de DNP et transportés jusque chez le fabricant de boissons Kirin. Le test a commencé en octobre dernier, et s’est achevé il y a peu de temps : durant ce laps de temps, les trois sociétés ont enregistré un taux de reconnaissance des étiquettes RFID de 99,9%.
Les trois sociétés ont utilisé des étiquettes RFID et le code logistique de la prochaine génération, EPC (Electric Product Code). Des étiquettes électroniques étaient collées sur tous les conteneurs sortant de l’usine DNP, pour suivre leur parcours jusqu’au client, en passant par un entrepôt. Sur les étiquettes RFID, seule l’identification était enregistrée, et l’accès aux informations en provenance des étiquettes était effectuée sur Internet et un serveur distant.
A l’avenir, ce système logistique pourra être combiné avec des dispositifs existants : un capteur optique, notamment, permettra de surveiller le passage des conteneurs afin d’assurer à 100% la lecture des conteneurs.
Techniquement, le système a été constitué avec des briques logicielles Open Source. L’addition s’en retrouve significativement diminuée de 12 millions de yens (91 392 euros), tout comme le temps de recherche d’un conteneur, passé de plusieurs heures à environ 10 minutes.