« Posez votre doigt sur le lecteur... Notre système est en train d'identifier vos veines... » De quoi s'agit-il ? D'un examen artériel ? Perdu.. . C'est un simple retrait d'espèces à un distributeur...

« Posez votre doigt sur le lecteur… Notre système est en train d’identifier vos veines… » De quoi s’agit-il ? D’un examen artériel ? Perdu.. . C’est un simple retrait d’espèces à un distributeur automatique, peut-être dans un futur pas si lointain.

Explications. Le groupe d’électronique japonais Hitachi a élaboré un système d’identification, destiné en priorité aux établissements bancaires, mais qui à terme pourrait s’appliquer à de nombreux secteurs et activités. Il s’agit d’une solution de sécurité biométrique, c’est-à-dire qui analyse une ou plusieurs caractéristiques physiques d’un individu, de manière à l’identifier irréfutablement.

La technologie proposée par Hitachi consiste à lire, grâce à des rayons infrarouges, la forme - préalablement mémorisée - des veines du doigt d’un individu. Le groupe compte commercialiser cette nouvelle offre à compter d’octobre 2004, et vendre entre 50.000 et 60.000 appareils équipés. Un premier client s’est manifesté, au Japon ; la Bank of Tokyo-Mitsubishi doit ouvrir d’ici à la fin de l’année plusieurs guichets automatiques équipés du lecteur de veines.

Hitachi se positionne sur un segment promis à des lendemains qui chantent. Les données biométriques individuelles sont en passe de devenir un outil essentiel de la sécurisation des paiements, sur Internet notamment. Au niveau mondial, l’Europe et l’Amérique du Nord s’intéressent de plus en plus à l’identification biométrique des citoyens. Une tendance amplifiée depuis les attentas du 11 septembre 2001. La législation américaine prévoit par exemple que 27 pays, pour la majorité européens, ajoutent des données biométriques sur les passeports des citoyens (à compter du 26 octobre 2004).

(Atelier groupe BNP Paribas –02/03/2004)