Un doctorant de l'Institut de microtechnique de l'Université de Neuchâtel en Suisse, Jean-Luc Nagel, travaille actuellement au développement d'un système biométrique pour les téléphones mobiles...

Un doctorant de l'Institut de microtechnique de l'Université de Neuchâtel en Suisse, Jean-Luc Nagel, travaille actuellement au développement d'un système biométrique pour les téléphones mobiles. Le chercheur a mis au point un système qui permet de remplacer la vérification d'identité par mot de passe par une analyse automatique du visage des utilisateurs.

Alors que les appareils portables (téléphones, PDA, ordinateurs de poche...) contiennent de plus en plus de données sensibles, la biométrie pourrait apporter des réponses aux soucis toujours plus grands d'identification de leurs utilisateurs. Par définition, la biométrie consiste en la mesure de caractéristiques physiologiques distinctes d'une personne à une autre et permettant de les associer à une identité.

Le code PIN, aujourd'hui massivement utilisé sur les téléphones mobiles, pourrait être remplacé par des systèmes biométriques de reconnaissance d'empreintes digitales ou comme dans le présent cas par une reconnaissance du visage de l'utilisateur. Celui-ci n'aurait plus besoin de mémoriser aucun code.

La thèse de Jean-Luc Nagel, qui sera soutenue le 15 juin, s'intitule "Algorithmes et architectures matérielles à faible consommation pour la vérification de visages sur des appareils portables".

(Atelier groupe BNP Paribas - 10/06/2005)