La réponse est oui, mais uniquement pour les actualités dont la teneur est de première importance. Pour les données plus traditionnelles, les médias sociaux l'emportent haut la main.

Les blogs, plus performants que les autres médias sociaux pour diffuser de l'information ? C'est en tout cas ce que semblent indiquer les résultats d'une étude réalisée par un groupe de chercheurs de l'université américaine de Stanford. Avec toutefois un bémol : tout dépend du degré d'importance de l'information. Car en effet plus celle-ci est importante, plus elle se diffuse à travers ce type de médias. Pour en arriver à de telles conclusions, les chercheurs ont mis au point un algorithme, intitulé Infopath, capable de déterminer et de mesurer en temps réel les chemins empruntés par l'information d’un bout à l’autre d’un réseau déterminé.

Tout dépend de la portée de l'information

Ce dernier a été utilisé dans l'analyse de près de 179 millions de recoupes d’informations, extraites de plus de 300 millions de blogs et de 3.3 millions de sites de médias en ligne, sur la période de mars 2011 à février 2012. En étudiant le comportement de chacune des branches du réseau, à savoir la transmission d’une information de nœud à nœud jusqu’au bout de celui-ci, les scientifiques ont ainsi pu déterminer que les blogs était plus efficients que les autres médias sociaux à partager une information, en particulier si celle-ci touche à des événements à portée internationale, comme par exemple les récents conflits en Syrie.

Des chemins également moins linéaires

Par contre, l'étude affirme que cela ne s'applique pas aux informations un peu plus généralistes. De la même manière, les scientifiques ont également pu démontrer que le traitement de ces actualités pouvait soit être continu soit discontinu. En d'autres termes, lorsque l'information est généraliste, elle emprunte généralement des chemins identiques à travers le réseau (même médias d'origine, même temps de diffusion...), alors que plus celle-ci relate un événement ponctuel, mais avec de fortes conséquences moins son cheminement est stable et durable. Ceci indique donc que l'évaporation de ce type d'informations demeure variable et ne peut être que difficilement analysable.