34 millions de dollars par an. C'est selon lui le chiffre que paye chaque année le gouvernement brésilien à Microsoft pour l'exploitation de ses licences. Sur l'année fiscale 2002, les ventes de ...

34 millions de dollars par an. C’est selon lui le chiffre que paye chaque année le gouvernement brésilien à Microsoft pour l’exploitation de ses licences. Sur l’année fiscale 2002, les ventes de Microsoft au Brésil auraient atteint 300 millions de dollars, dont 6 % générées par le gouvernement.

Un budget très important que le président de l’Etat brésilien, Lula da Silva, entend fortement réduire au profit de l’utilisation de systèmes en Open Source. L’idée qui sous-tend ce projet est d’informatiser massivement le Brésil, notamment via les écoles publiques, sans payer de dîme excessive.

Selon Sergio Amadeu, président de la National Institute of Information Technology au Brésil, installer des ordinateurs dans 100 à 170 000 laboratoires d’écoles publiques reviendrait pour le gouvernement de Lula à payer à Microsoft, 200 millions de dollars tous les deux ans. « Une somme non nulle qui pourrait être très nettement réduite avec un système libre du type Linux ! » explique Mr. Amadeu.

La démarche du Brésil s’inscrit dans un ensemble de réactions gouvernementales peu favorables aux propositions actuelles de Microsoft, comme celle de la Chine, du Japon et de la Corée du Sud, expliquée par les trois pays au mois de septembre dernier. Pour le Brésil, l’enjeu est de taille : seuls 10 % des 170 millions de brésiliens ont un ordinateur à la maison. L’école reste pour les autres un lieu presque unique pour se familiariser avec ces outils modernes si indispensables.

( Atelier groupe BNP Paribas – 24/11/2003)