La firme de Redmond continuerait-elle ses pratiques d'abus de position dominante déjà condamnées par la Commission européenne en 2004? C'est en tout cas ce que semble penser Neelie Kroes, la commissaire...

La firme de Redmond continuerait-elle ses pratiques d'abus de position dominante déjà condamnées par la Commission européenne en 2004 ? C'est en tout cas ce que semble penser Neelie Kroes, la commissaire européenne à la concurrence, qui a récemment sous-entendu devant le Parlement européen que Microsoft était toujours coutumier de ce genre de pratique.
"Microsoft gagne constamment des parts de marché et c'est ce qui m'inquiète sur le marché des serveurs professionnels", a-t-elle déclarée. "Ce qui résulte des pratiques abusives, ce sont des résultats positifs pour l'entreprise [Microsoft, NDLR]. Et ce n'est pas acceptable selon moi".
Rappelons que l'éditeur américain avait déjà été condamné par la Commission européenne, en 2004, à une amende de 497 millions d'euros après avoir été reconnu coupable d'abus de position dominante. En outre, une amende supplémentaire d'un montant de 280,5 millions d'euros avait été infligée à Microsoft en juillet dernier. Il tente actuellement de la faire annuler auprès de la Cour de justice des Communautés européennes.
Selon Bruxelles, la firme de Redmond détenait entre 35 % et 40 % de parts de marché sur le secteur des systèmes d'exploitation, quand les enquêteurs européens ont commencé à s'intéresser à ses pratiques. Et aujourd'hui, Microsoft détiendrait des parts de marché comprises entre 70 et 75 % !
A quand le prochain round entre l'UE et l'américain Microsoft ?
 

 
(Atelier groupe BNP Paribas - 23/03/2007)